Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

09 janvier 2020

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Une décision concernant l’avenir de l’église Saint-Jérôme attendue à la mi-janvier

Avenir de l'église Saint-Jérôme de Matane

Église Saint-Jérôme de Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

À la mi-janvier, les marguilliers de la fabrique Cœur-Immaculé-de-Marie devraient se réunir pour parler de l’avenir de l’église. Les défenseurs du projet d’installation de serres veulent une réponse rapide.

Fermée depuis la dernière messe du 7 octobre 2018, l’église Saint-Jérôme de Matane a fait l’objet, au cours de l’année 2019, d’un projet de réhabilitation tourné vers une mixité d’usages comprenant notamment l’installation de modules de production maraîchère. Les Matanais derrière cette démarche souhaitent une prise de position de la fabrique avant la mi-janvier. Cette dernière a confirmé que le conseil se réunirait à cette occasion.    

« Vous connaissez la solution de revalorisation intéressante que nous mettons de l’avant pour l’église Saint-Jérôme. Nous attendons toujours l’annonce du choix du projet retenu », peut-on lire dans une lettre adressée le 9 janvier à la fabrique de la paroisse, propriétaire de l’église, par Patrimoine Matane. Ce dernier organisme, en collaboration avec le comité de sauvegarde de l’église Saint-Jérôme, qui avait assuré le chauffage du bâtiment durant l’hiver 2018-2019, déplore les « délais, lenteurs, retards, tergiversations, atermoiements et indécisions » de la fabrique dans le dossier de la cession du bâtiment patrimonial.

« Nous avons le sentiment que toutes les raisons sont bonnes pour retarder le dossier. Notre implication dans le projet de revalorisation de l’église nous a demandé beaucoup d’énergie. Nous ne pouvons pas nous permettre de retarder nos demandes de financement. Nous avons besoin d’un positionnement clair de la fabrique pour aller de l’avant ou non dans l’acquisition de l’édifice », a regretté Paul Gauthier, au nom de Patrimoine Matane et du comité de sauvegarde.

Patrimoine Matane et comité de sauvegarde de l'église Saint-Jérôme

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Raymond Tremblay, président de Patrimoine Matane, Jean Blouin, porte-parole, Paul-Edmond Dionne, membre de Patrimoine Matane et Paul Gauthier, membre de Patrimoine Matane et président du comité de sauvegarde de l'église Saint-Jérôme.

Une réponse attendue le 17 janvier             

Dans la lettre envoyée à la fabrique, M. Gauthier adresse ainsi l’ultimatum suivant : si aucune réponse favorable au projet n’a été reçue avant le 17 janvier, l’idée d’installer des équipements de culture maraîchère d’intérieur dans une partie de la nef de l’église serait abandonnée. Pour aller de l’avant dans ce dossier, les défenseurs du projet auraient en effet besoin, entre autres, d’avoir accès au carnet de santé du bâtiment et aux plans de l’église, pour compléter leurs soumissions. D’autres conditions ont été réclamées avant la prise en charge du bâtiment comme le retrait de la pancarte « à vendre », installée en 2019 sur la façade. Le président de la fabrique, Michel Barriault, a répondu que les marguilliers devraient se rencontrer à la mi-janvier à ce sujet. Le projet de culture de végétaux biologiques dans des serres verticales leur avait été présenté à l’automne.  

Projet Patrimoine Matane revalorisation église Saint-Jérôme serres verticales Inno-3B

©Gracieuseté Patrimoine Matane

Selon l'étude de préfaisabilité de Patrimoine Matane, les serres verticales chauffantes seraient installées dans une partie de la nef.

Quelles possibilités pour l’église ?              

Malgré la mention, par le président de la fabrique, de l’existence de plusieurs possibilités de revalorisation du bâtiment historique, seul ce projet d’installation de modules de croissance de végétaux a été présenté aux médias au cours de la dernière année. En plus de favoriser une production maraîchère locale, ces équipements permettraient aussi, grâce à la chaleur qu’ils produisent, de chauffer l’édifice, dont la partie non-utilisée, ainsi que le sous-sol, pourraient accueillir d’autres activités. Quant à la possibilité de reconversion en salle de spectacles, évoquée lors de l’annonce de la cession de l’église en février 2018, elle avait été écartée par le milieu culturel matanais à la suite d’une consultation de la Ville.

« Dans le cadre de notre planification stratégique, on veut s’assurer qu’il va y avoir des activités à l’intérieur de l’église. On ne veut pas d’une dégradation progressive du bâtiment. Actuellement, le comité de sauvegarde et Patrimoine Matane se posent de sérieuses questions sur l’avenir de leur projet par rapport à la fabrique. Nous, on veut que ce lieu-là soit vraiment utilisé », avait déclaré le maire Jérôme Landry le 16 décembre, en ajoutant que la Ville ne serait pas directement impliquée mais serait prête à soutenir des projets, pour ne pas voir le bâtiment rester sans services et sans chauffage pendant trop longtemps.  

Jérôme Landry maire de Matane

©Stéphane Quintin

Après une consultation du milieu culturel de Matane, Jérôme Landry avait annoncé en 2018 que la Ville ne ferait pas l'acquisition de l'église pour en faire une salle de spectacles.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média