Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

31 octobre 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Patrimoine Matane détaille les plans de son projet de revalorisation de l’église St-Jérôme

Préservation du patrimoine bâti de Matane

Église Saint-Jérôme Matane projet Inno-3B serres verticales culture maraîchère

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Dans le cadre de son projet de revalorisation de l’église Saint-Jérôme, Patrimoine Matane, qui ne touchera pas à l’enveloppe extérieure de l’édifice, prévoit d’installer dans une partie de la nef trois modules de production maraîchère pour assurer le chauffage de l’édifice.

Le 29 octobre, des membres de l’organisme Patrimoine Matane sont allés présenter au conseil de fabrique de la paroisse Cœur-Immaculé-de-Marie, propriétaire de l’église Saint-Jérôme, leur projet de culture de végétaux biologiques dans des serres verticales qui permettraient d’assurer le chauffage du bâtiment, fermé depuis la dernière messe du 7 octobre 2018. Deux jours plus tard, ils ont rendu leur projet public lors d’une conférence de presse.

Des membres du comité de sauvegarde de l’église Saint-Jérôme, parvenus à la fin de l’année 2018 à récolter près de 50 000 $ de promesses de dons auprès de la population pour assurer le chauffage du bâtiment historique durant l’hiver, pour lequel 28 000 $ ont été dépensés, sont allés rencontrer, le 29 octobre, avec des représentants de l’organisme Patrimoine Matane, le conseil de fabrique pour détailler leur projet de revalorisation de l’édifice développé depuis plusieurs mois en collaboration avec l’entreprise Inno-3B. Cette dernière, spécialisée dans la production et l’installation d’équipements de culture maraîchère d’intérieur, sous forme de modules en milieu fermé ressemblant à des serres verticales, était venue inspecter l’édifice le 30 avril 2019 dans le cadre d’une étude de préfaisabilité. À cette occasion, Pierre Boulanger, cofondateur d’Inno-3B, avait loué la hauteur du bâtiment ainsi que le plancher en béton, qui faciliteraient selon lui l’installation de tels équipements dans l’église.     

Patrimoine Matane et comité de sauvegarde de l'église Saint-Jérôme

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Raymond Tremblay, président de Patrimoine Matane, Jean Blouin, porte-parole, Paul-Edmond Dionne, membre de Patrimoine Matane et Paul Gauthier, membre de Patrimoine Matane et président du comité de sauvegarde de l'église Saint-Jérôme.

Cultures biologiques et chauffage           

Porte-parole de Patrimoine Matane, Jean Blouin a loué l’avantage principal d’un tel projet, qui serait de créer un cercle vertueux capable, grâce à la récupération de la chaleur produite par les modules de croissance des végétaux, de pouvoir assurer le chauffage du bâtiment et ainsi diminuer l’empreinte carbone générée par le mazout. Patrimoine Matane demande à la fabrique que l’église soit cédée à l’organisme le plus tôt possible, afin d’avancer le processus d’installation de ces serres dans l’édifice, avec l’objectif, malgré des délais très serrés, de pouvoir assurer le chauffage du bâtiment grâce à ce biais lors de l’hiver 2020-2021.

Actuellement, l’église Saint-Jérôme n’est plus chauffée, la fabrique déplorant un manque de moyens financiers pour en assurer le coût. Quant aux promesses de dons restantes de la campagne de soutien de 2018, le comité de sauvegarde explique qu’il n’aura recours à cet argent, pour le chauffage du bâtiment cet hiver, qu’en cas de cession de la part de la fabrique, qui a accepté pour sa part de procéder sous peu aux démarches nécessaires dans l’église pour limiter les dégâts des eaux possibles à l’approche des journées de gel à venir.

La culture des végétaux biologiques, en collaboration avec un partenaire national chargé du conditionnement, de l’emballage et de la distribution de la trentaine de variétés potentielles produites à l’année dans ces modules de croissance, serait effectuée par un organisme différent de Patrimoine Matane, qui lui louerait l’espace de l’église réservé aux serres mais ne commercialisera aucun des produits sur le marché local. Les consommateurs de la région pourront les acheter à l’épicerie. Trois emplois pourraient être créés pour s’occuper de ces machines.

Culture verticale intérieur Inno-3B

©Gracieuseté

Les équipements développés par Inno-3B, à Saint-Pacôme, sont des modules de culture maraîchère d'intérieur, sous forme de serres verticales pouvant générer de la chaleur récupérable.

D’autres projets en discussion ?            

Le président de la fabrique, Michel Barriault, a mentionné qu’en comptant cette idée d’installation de modules de production maraîchère dans le bâtiment, trois projets seraient toujours envisagés pour l’avenir de l’église Saint-Jérôme. « Patrimoine Matane est le premier organisme à avoir présenté son projet devant les marguilliers, qui ont pu poser différentes questions. Le conseil de fabrique se réunira de nouveau en novembre pour mettre en commun ses réflexions. Nous allons chercher, sur ce dossier très important, à avoir non pas une décision majoritaire du conseil mais bien unanime », a-t-il expliqué, en ajoutant que les deux autres promoteurs évoqués, sur lesquels aucun détail n’a été fourni, devraient passer par le même processus.

L’été dernier, le maire de Matane avait regretté de voir figurer dans le centre-ville la pancarte « à vendre » installée devant l’église, jugée « extrêmement ordinaire » par l’élu. Jérôme Landry avait rappelé que la Ville était favorable à l’acquisition de l’église par Patrimoine Matane dans le cadre de ce projet d’aménagement de serres verticales chauffantes. Si le dossier venait à traîner encore trop longtemps, il avait ajouté que la Ville réfléchirait à une taxation possible de l’édifice.

Selon la loi sur la fiscalité municipale, en effet, est exempt de toutes taxes foncières un bâtiment compris dans une unité d’évaluation inscrite au nom d’une fabrique, et « qui sert principalement à l’exercice du culte public », ce qui n’est plus le cas depuis la fermeture du 8 octobre 2018 et encore davantage depuis la mise en place de clôtures autour de l’édifice deux semaines plus tard. Dans le cas de ce projet de culture d’intérieur, une taxation serait mise en place en raison de la nouvelle vocation de l’édifice, qui devrait présenter un usage mixte.

Église Saint-Jérôme de Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Le maire de Matane avait déploré cet été l'installation d'une pancarte « à vendre » sur le devant de l'édifice, à l'entrée du centre-ville.

Mixité d’usages de l’église          

Les premiers plans fournis par Patrimoine Matane de ces installations, qui pourraient coûter plusieurs millions de dollars selon une estimation fournie par le cofondateur d’Inno-3B au printemps dernier, indiquent que les trois serres, de 25 pieds de long et 30 pieds de hauteur, seraient installées du côté de la rue de la Fabrique pour des raisons techniques. Ces modules de production maraîchère seraient aménagés dans une partie de la nef, jusqu’aux chapelles latérales. Les espaces restants ainsi que le sous-sol, qui nécessiterait pour sa part une mise aux normes générale, pourraient servir à des organismes communautaires intéressés à s’installer dans l’église.

« Notre objectif est de trouver une nouvelle vocation à l’église Saint-Jérôme. Nous pensons que ce projet permettrait de régler la problématique du chauffage du bâtiment mais nous sommes ouverts à collaborer avec d’autres organismes. Si un meilleur projet existe, nous sommes prêts à l’appuyer », a déclaré M. Blouin, en expliquant que la partie non-utilisée par les serres pourrait servir à différentes vocations.

Les membres de Patrimoine Matane ont évoqué aussi la possibilité d’installer un bureau touristique satellite dans le centre-ville, d’organiser des visites guidées de l’édifice ou encore différentes expositions. L’organisme a remercié la SADC, le FIDEL de la Matanie et la MRC pour l’aide fournie dans l’élaboration de leur plan d’affaires. Il a rappelé enfin que les modules de production étaient étanches et qu’un taux d’humidité supplémentaire ne serait pas généré dans l’église.

Projet Patrimoine Matane revalorisation église Saint-Jérôme serres verticales Inno-3B

©Gracieuseté Patrimoine Matane

Selon le projet défendu par Patrimoine Matane, les chapelles latérales et le choeur de l'église Saint-Jérôme pourraient être utilisés par des organismes communautaires, ainsi que le sous-sol, après une mise aux normes indispensable.

©Gracieuseté Patrimoine Matane

©Gracieuseté Patrimoine Matane

©Gracieuseté Patrimoine Matane

©Gracieuseté Patrimoine Matane

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média