Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

01 mars 2018

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

L’avenir de l’église Saint-Jérôme attire 250 paroissiens passionnés à Matane

©Photo TC Média - Stéphane Quintin

Près de 250 personnes se sont réunies à l'école Victor-Côté de Matane dans la soirée du mercredi 28 février pour écouter les recommandations du conseil de fabrique sur l'avenir de l'église Saint-Jérôme. Sa reconversion en bâtiment communautaire a été défendue par les administrateurs de la paroisse, pour éviter sa fermeture définitive dans les prochains mois.

Une page de l’histoire de Matane s’est tournée mercredi soir. L’église pourrait être en effet vendue à la Ville pour un dollar symbolique et devenir la salle de spectacle annoncée par les élus municipaux comme l’une de leurs priorités dans les années à venir. Sans cette reconversion en bâtiment communautaire, mise en avant par la fabrique mais en attente d'une approbation par la Ville, une fermeture définitive de l'église pourrait survenir d'ici à l'automne, propice à créer une situation similaire à celle de la cathédrale de Rimouski. 

La tension était palpable mercredi soir

Les visages crispés de l’assemblée et des divers intervenants en ont dit long, mercredi soir, sur la solennité des enjeux exposés par le conseil de la fabrique de la paroisse Coeur-Immaculé-de-Matane. Les chaises ont manqué dans la salle pour accueillir toutes les personnes ayant pris la peine de venir assister à cette séance d’information extraordinaire, paroissiens et simples citoyens intéressés par le dossier. À la lecture de l’ordre du jour, l’annonce d’une période de questions de seulement quinze minutes à l’issue de l’assemblée a généré un brouhaha contestataire illustrant la volonté des Matanais et des Matanaises de s’exprimer sur l’avenir de leur église patrimoniale, née dans les années 1930.

C'est à regret que l'ont doit constater que l'église Saint-Jérôme constitue maintenant pour nous un gouffre financier sans fond.   -Guy Loisel, vice-président du conseil de la fabrique

Tout en reconnaissant l’importance de l’église Saint-Jérôme dans l’histoire de Matane, intégrée dans le paysage urbain de la ville depuis plusieurs générations, les membres du conseil de la fabrique se sont montrés catégoriques : considérant la décroissance de la pratique religieuse dans la région, Matane ne pourra conserver qu’un seul lieu de culte. Les frais d’entretien généraux, tout comme le coût des rénovations prioritaires du bâtiment, estimé à près de 2,1 M$ par la firme d’architectes Proulx-Savard, de Rimouski, ont fait de l’église un « gouffre financier sans fond », selon le vice-président du conseil de fabrique, Guy Loisel. Dans un tel contexte, la mise en avant du dossier de la salle de spectacle par la Municipalité offrirait à la fabrique une porte de sortie, défendue au cours de la soirée avec un acharnement résigné.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média