Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

14 novembre 2018

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

La Ville de Matane refuse d’acquérir l’église Saint-Jérôme pour en faire une salle de spectacle

Église Saint-Jérôme de Matane clôture

©Stéphane Quintin

Jérôme Landry a annoncé mercredi matin que la Ville refusait la proposition de la fabrique de la paroisse Cœur-Immaculé-de-Marie d’acquérir l’église Saint-Jérôme pour 1 $ symbolique afin d’en faire une salle de spectacle.

Le maire de Matane, Jérôme Landry, a profité d’une rencontre avec la presse mercredi matin pour rendre publique la position de la Ville sur le dossier de l’église : Matane ne fera pas l’acquisition de Saint-Jérôme pour en faire une salle de spectacle, pour laquelle un autre site sera privilégié par les différents organismes du milieu culturel matanais.

« Nous avons entrepris dernièrement plusieurs démarches avec le comité de la salle de spectacle. Nous avons regardé plusieurs options. Nous sommes même allés visiter des églises déjà reconverties pour nous faire une idée. Le monde culturel matanais a été rencontré fin septembre et ses différents acteurs étaient unanimes : ils n’avaient aucun intérêt à s’installer dans l’église Saint-Jérôme, qui ne répondait pas aux besoins du milieu. C’est un lieu qui possède plusieurs problématiques d’aménagement. Bien que la fabrique ait proposé de nous la céder pour 1$, les travaux de mise à niveau étaient évalués à 2 M$, sans compter la transformation en salle multifonctionnelle par la suite. Notre décision est claire, Saint-Jérôme ne fera donc pas partie des options retenues par la Ville pour l’aménagement de cette salle », a expliqué le maire de Matane mercredi matin, en précisant qu’une réflexion était toujours en cours pour étudier d’autres possibilités de lieu, avec l’appui du ministère de la Culture.

Concernant le projet de salle de spectacle, la Ville entamera notamment une étude de volumétrie en 2019 et continuera à étudier les financements possibles auprès du gouvernement. Quant au lieu d’installation de cette salle, il est encore en cours d’exploration, la Ville ne sachant pas si elle effectuera une construction neuve ou un aménagement à partir d’un bâtiment existant. « L’ancienne usine de Canadelle est une possibilité. On a encore des doutes sur la transformation possible du bâtiment. Nous n’avons pas encore fait de vérifications sur le sujet. Nous ne sommes pas rendus à cette étape », a ajouté M. Landry, qui a rappelé qu’il ne s’agirait pas d’une salle ouverte à l’italienne mais plutôt d’une salle de type cabaret plus proche du Barachois.

Jérôme Landry maire de Matane

©Stéphane Quintin

Le maire de Matane a présenté la position de la Ville sur l'église Saint-Jérôme mercredi matin lors d'une rencontre avec la presse.

Le milieu culturel privilégié 

Dès la réunion paroissiale du 28 février, la fabrique de la paroisse Cœur-Immaculé-de-Marie s’était tournée vers la Ville de Matane pour lui proposer une cession de l’église Saint-Jérôme pour 1 $ symbolique. Avec l’appui d’une firme d’architecture, elle avait tenté de démontrer la faisabilité d’une transformation du bâtiment patrimonial en salle de spectacle, demandant aux citoyens et citoyennes de Matane d’exercer une pression sur la Ville en ce sens. Cette démarche n’aura finalement pas porté ses fruits, le maire ayant annoncé dès le départ que les interlocuteurs privilégiés dans ce dossier seraient les représentants du monde culturel matanais, pour qui les élus étaient bien décidés à travailler à l’élaboration d’un projet viable de salle multifonctionnelle.

Le 13 mars, ces derniers avaient convenu de mettre en valeur une salle fermée de type cabaret, qualifiée de « boîte noire », un projet qui semblait incompatible avec l’église, où la gestion de l’acoustique, comme l’avait précisé Jérôme Landry, aurait constitué un « défi énorme ». « Personnellement, je trouvais que l’église avait un potentiel intéressant, malgré de nombreux défis techniques, pour devenir une salle de spectacle, mais si je n’ai pas un sentiment de mobilisation du monde culturel derrière, je ne peux pas les pousser à aller dans ce sens-là. On a vraiment besoin d’un projet unanime, d’un lieu polyvalent qui soit le plus versatile possible pour accueillir différents organismes », a-t-il complété.

Parmi le comité élargi constitué autour de la question de la salle de spectacle, on compte notamment Kaméléart, le CDRIN (Centre de développement et de recherche en imagerie numérique), le festival PHOS, l’école de musique, l’école de ballet-jazz ou encore Espace F. La capacité d’accueil actuelle de la polyvalente de Matane (800 places) justifie par ailleurs des cachets plus importants pour les artistes qui viennent performer dans la ville, malgré un achalandage plus faible que ce que permet ce nombre de sièges. « La situation n’est pas optimale pour notre diffuseur de spectacles, qui est l’organisme qui en souffre le plus présentement », a rappelé le maire de Matane, qui n’est pas sûr de pouvoir inaugurer la prochaine salle d’ici à la fin de son mandat, mais qui a insisté sur un positionnement du lieu prioritairement dans le centre-ville, afin de permettre le développement des commerces aux alentours en créant un nouveau dynamisme.

Réunion milieu culturel matanais salle de spectacle étude de marché Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Des représentants du milieu culturel matanais ont été consultés au cours des derniers mois pour donner leur avis sur la reconversion possible de l'église en salle de spectacle, une option unanimement rejetée, selon le maire de Matane.

« L’église Saint-Jérôme n’a pas encore été officiellement désacralisée mais le bâtiment, dans les faits, ne peut plus servir au culte en raison de sa fermeture et de la pose de clôtures. Nous sommes donc en réflexion pour obtenir un avis juridique sur la justification ou non d’une taxation du bâtiment. » - Jérôme Landry, maire de Matane

Quel avenir pour l’église ?

Concernant ses rapports avec la fabrique de la paroisse, la Ville de Matane a déclaré qu’elle accompagnerait les organismes qui chercheraient éventuellement à s’installer dans ce lieu, comme elle l’a fait en 2016 avec la Société d’histoire et de généalogie lors de son installation dans l’ancienne église Bon-Pasteur. En attendant, Jérôme Landry a affirmé qu’une réflexion était en cours autour d’une taxation éventuelle du bâtiment. « L’église Saint-Jérôme n’a pas encore été officiellement désacralisée mais le bâtiment, dans les faits, ne peut plus servir au culte en raison de sa fermeture et de la pose de clôtures. Nous sommes donc en réflexion pour obtenir un avis juridique sur la justification ou non d’une taxation du bâtiment, exonéré jusqu’ici », a souligné le maire.

À noter que contrairement au presbytère, cité par la Ville comme bien patrimonial, l’église ne bénéficie pas de ce statut, qui aurait permis à Matane d’avoir un droit de regard sur les chantiers éventuels prévus sur place par les acheteurs potentiels du site. Bien que la fabrique ait avancé qu’une vocation cultuelle n’était plus viable sur le site, le comité de sauvegarde de l’église Saint-Jérôme est toujours en cours de dialogue avec la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre pour voir si une acquisition du bâtiment serait envisageable. En attendant, près de 50 000 $ de promesses de dons ont été récoltées par le groupe pour permettre un chauffage minimum de l’édifice durant l’hiver.

Commentaires

14 novembre 2018

Nestor Turcotte

A Québec, danns le sous-sol de l'église saint Thomas d'Aquin, il y le bistrot du curé ....ce serait merveilleux de faire de l'église de saint-Jérôme un bistrot. Le curé viendrait prendre sa bière et pourrait faire un sermon aux usagers. Un vrai tournant missionnaire. Jésus a changé l'eau en vin. Le curé pourrait peut-être essayer de faire la même chose.

19 novembre 2018

marie-claude campion

ridicule

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média