Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

11 décembre 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Il parcourt 15 000 km pour étudier à Matane et devient champion canadien de beatbox

Performance musicale

Beatbox loop station Matane

©Gracieuseté Zach Mac Photo - Page Facebook Beatbox Canada

Le nouveau champion canadien de beatbox loop station étudie en 3e année en Techniques d’animation 3D au Cégep de Matane.

Un étudiant en troisième année du programme Techniques d’animation 3D du Cégep de Matane, Rémi Geoffroy, Rime de son nom de scène, originaire de l’île de la Réunion et âgé de 20 ans, a eu la joie, à l’issue de la 10e édition du championnat canadien de beatbox, qui s’est tenu à Toronto le 23 novembre, de remporter le titre dans la catégorie loop station.   

Il s’agissait seulement de la deuxième présence à ce championnat de la catégorie loop station. L’épreuve consiste à créer en direct, en seulement trois minutes, avant ou après son adversaire, grâce aux sons produits par sa voix, une mélodie devant un public. L’artiste se sert alors de cette console musicale pour piloter jusqu’à cinq pistes différentes pouvant être altérées par des effets de distorsion. Il branche un micro à sa loop station et peut créer des boucles musicales, en choisissant par exemple d’installer d’abord un motif de basses avec sa voix, avant d’ajouter par la suite une mélodie.  Le Français Rémi Geoffroy, venu de l’Île de la Réunion, au large du sud de l’Afrique, pour étudier à Matane, pratique cette activité depuis 2016, d’abord en dilettante, avant de se lancer le défi de participer à plusieurs championnats. La qualification au championnat canadien s’est déroulée à la suite de l’envoi d’une vidéo de candidature.

Plus tôt dans l’année, avant d’être sacré champion canadien de beatbox dans cette catégorie à la fin novembre, il avait déjà remporté le titre de champion québécois en mars et accédé à la 2e place du podium aux championnats d’Amérique du Nord au mois de juin. En plus de remporter une bourse de 250 $, il aura l’occasion de se rendre à Berlin durant l’été 2020 avec le champion canadien 2018 pour participer aux championnats du monde de cet art de la scène en pleine émergence, un événement organisé tous les deux ans.

Le Cégep de Matane a félicité l’étudiant pour sa performance. Il fait partie des 45 % d’étudiants internationaux inscrits cette année dans l’établissement et son programme était dans le collimateur du ministre de l’Immigration Simon Jolin-Barrette, qui voulait l’enlever initialement des formations reconnues dans le Programme de l’expérience québécoise, qui facilite l’obtention d’un permis de travail post-diplôme, une réforme avortée le mois dernier face à la levée de boucliers générée dans l’opinion.

Beatbox loop station Matane

©Gracieuseté Zach Mac Photo - Page Facebook Beatbox Canada

Un gros défi

Pour l’étudiant matanais, qui a bénéficié durant son enfance d’une formation musicale et a déjà eu l’occasion de démontrer ses talents de chanteur dans des chorales et des groupes de musique, le choix de la loop station est né en 2016, après avoir été séduit par la performance d’un beatboxer dans l’émission française La Voix. « Ce que j’aime avec la loop station, c’est pouvoir réaliser mes créations moi-même. Avec de l’entraînement, je suis capable aujourd’hui d’imiter avec ma voix des instruments comme la trompette et le saxophone. Mon prochain défi sera de m’approcher du son du violon et de la guitare électrique », a expliqué le jeune prodige, en mentionnant que l’activité exigeait des techniques spécifiques de souffle et de vocalises.

Beatbox loop station Matane

©Gracieuseté Zach Mac Photo - Page Facebook Beatbox Canada

Durant le championnat canadien, il a d’abord battu le champion en titre en demi-finale, avant de remporter 5-0 puis 4-1 les deux manches de la finale, évaluées par un jury de cinq personnes prenant en compte des éléments comme le jeu avec le public, la musicalité ou encore la maîtrise technique. Durant la première manche, il s’est inspiré de « Peace or violence » de Stromae avant de se tourner par la suite vers une reprise de « Wrap it Up » de David Lee, venu effectuer la première partie de Loud lors de son dernier concert au cégep. « Je vais en profiter pour prendre une année de pause et me consacrer à la musique une fois diplômé. J’ai déjà plusieurs demandes pour des concerts privés. J’aimerais m’installer à Québec et me concentrer sur cette passion. Ma participation aux championnats du monde pourrait aussi m’ouvrir des portes », a déclaré le musicien, en précisant s’entraîner près d’une dizaine d’heures par semaine à cette activité.

Commentaires

19 décembre 2019

Micheline Otis

SINCÈRES FÉLICITATIONS JEUNE HOMME !

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média