Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

26 avril 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Des parents invitent à marcher avec eux dimanche à Matane pour plus de places en garderie

Manifestation dans les rues de Matane

Manifestation Matane soutien grève résidence des Bâtisseurs

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Quatre mois après une manifestation de soutien à la grève dans la résidence des Bâtisseurs de Matane (sur la photo), une marche citoyenne défendra cette fois-ci les enfants dimanche prochain, à partir de 10h, au départ de l’hôtel de ville.

Déçu par la réponse du gouvernement apportée cette semaine au manque de places en garderie à très court terme en Matanie, notamment pour des poupons, le comité de parents formé au début du printemps pour unir les forces de la région et mobiliser la population autour de cet enjeu organisera une marche citoyenne le dimanche 28 avril, à 10 h, au départ de l’hôtel de ville de Matane. Toutes les personnes qui soutiennent la cause sont invitées à prendre part à ce rassemblement intergénérationnel.

Présents mercredi matin devant les locaux de Méridien lors de la venue à Matane de François Legault, une petite dizaine de parents issus du comité formé au mois de mars pour sensibiliser la population aux enjeux humains et économiques du manque de places en garderie ont réussi à parler à cette occasion avec un attaché politique du premier ministre pendant une dizaine de minutes. S’en est suivi dans la journée un entretien avec le cabinet du ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, à l’issue duquel les parents de Matane sont ressortis avec beaucoup de déception. Non seulement, selon eux, on leur aurait confirmé que la garderie Les Minis Explorateurs ne serait pas subventionnée, ce qui lui aurait permis d’augmenter sa capacité d’accueil de 53 à 70 enfants, mais aucune solution concrète à court terme ne serait ressortie de la discussion. Le député Pascal Bérubé, qui a apporté son soutien au comité, a annoncé sa présence à la marche de dimanche. Il avait déjà soulevé le problème à la tribune de l’Assemblée nationale, demandant au gouvernement d’accorder plus de place aux centres de la petite enfance (CPE).  

À la suite d’un sondage interne mené auprès de la population, le comité matanais explique que d’ici au mois d’août, ce sont 22 places qui seraient recherchées pour des enfants, dont 13 pour des bébés, sans quoi une quinzaine de démissions ou congés sans solde pourraient être l’unique solution pour ces familles. « Notre entretien avec le cabinet du ministre Lacombe ne nous a pas du tout satisfaits. D’ici à l’arrivée possible, en 2020, d’un 3e CPE à Matane, en gros, ils nous ont dit de nous organiser ! », s’est indigné l’un des porte-paroles du mouvement, Keven Tremblay Rodgers. Quant à la solution des maternelles 4 ans avancée par le premier ministre lors de sa conférence de presse de mercredi, censée libérer des places en CPE, les parents jugent qu’elle ne règlera pas la problématique à court terme, au sujet notamment du manque de places pour les poupons de 0 à 18 mois.

Garderie Les Minis Explorateurs Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Les difficultés financières de la garderie Les Minis Explorateurs de Matane, non subventionnée, avaient été l'une des raisons à l'origine de cette mobilisation citoyenne.

« Le déclin démographique est un enjeu majeur pour notre région et nous sommes à un moment crucial où tout doit être mis en œuvre afin de devenir plus attrayant. » - Fanny Allaire-Poliquin

Le soutien de la communauté

Une vingtaine de jours après une rencontre publique organisée dans les locaux de l’hôtel de ville de Matane, le comité de parents s’est réjoui d’avoir obtenu le soutien du monde politique local, du milieu économique, de différents organismes et de syndicats jugeant que cette situation de crise pouvait avoir des répercussions négatives sur la Matanie. « Sans services essentiels tels que des garderies disponibles, il devient difficile d’attirer de nouvelles familles ici. Pourtant, le déclin démographique est un enjeu majeur pour notre région et nous sommes à un moment crucial où tout doit être mis en œuvre afin de devenir plus attrayant », a souligné Fanny Allaire-Poliquin, chargée de projets au Service d’accueil des nouveaux arrivants de la Matanie, dans une lettre de soutien adressée au ministre de la Famille.

« Il est déplorable que le manque de places en garderie soit un facteur contraignant négatif pour l’économie et les entreprises locales qui recrutent des travailleurs à l’extérieur de notre région », a regretté pour sa part Lilianne Lavoie, agente de migration à Matane pour Place aux jeunes en région. Quant au FIDEL de la Matanie (fonds d’innovation et de développement économique local), affirmant représenter 132 chefs d’entreprises des environs, il a rappelé au ministre Lacombe que le retrait de travailleurs du marché du travail en raison du manque de places en garderie était inconcevable en 2019 et néfaste pour la vitalité économique de la région. La Ville de Matane et l’exécutif du Parti québécois du comté de Matane-Matapédia ont adopté de leur côté des résolutions apportant leur soutien à la cause. L’enjeu de la marche de dimanche prochain sera d’apporter une nouvelle pierre, la plus pesante possible, à l’édifice de la mobilisation matanaise pour l’augmentation rapide du nombre de places en garderie dans la région.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média