Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

24 juillet 2018

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Des citoyens se réjouissent de la réouverture de l’escalier de la rue Caouette à Matane

©Photo L’Avantage gaspésien – Stéphane Quintin

Interpelée le 7 mai dernier, lors d’un conseil municipal, par des membres inquiets du comité de la « Berge ensoleillée », préoccupés par la dégradation de l’escalier sur la rue Caouette, la Ville de Matane a terminé la semaine dernière son intervention sur le site et a rouvert l’accès au fleuve.     

Le 7 mai dernier, la salle civique de l’hôtel de ville de Matane s’était revêtue de dizaines de photos illustrant la dégradation de la descente vers le fleuve par l’escalier de la rue Caouette. Plusieurs citoyens, regroupés au sein du comité de la « Berge ensoleillée », à l’origine de la construction, en 2009, de cet accès vers le Saint-Laurent, s’étaient décidés à pousser un cri d’alarme auprès des élus, les interpelant sur l’importance d’entretenir cette descente prisée par les touristes et les amateurs de couchers de soleil.

Les résidents du quartier demandaient notamment de réparer au plus tôt les problèmes de tuyauterie qui auraient été à l’origine d’une érosion accentuée des lieux, l’écoulement de l’eau n’ayant plus été contenu dans la conduite d’évacuation située dans la descente. La Ville est venue renforcer le site avec des blocs de béton au cours du mois de juillet et s’est appliquée à réparer la conduite d’eau pour éviter d’accentuer les aspérités sur le chemin d’accès au fleuve, que les jours de fortes pluies auraient contribué à détériorer davantage. À la veille des vacances de la construction, l’escalier avait été rendu de nouveau accessible par la Ville, à la suite de son intervention. Les touristes de passage, aux dires des résidents, ont pu ainsi profiter depuis peu de la quiétude des lieux, que les vents du large et le roulement des vagues semblent projeter dans un autre monde, loin des bruits de la circulation sur la route 132.

©Photo L’Avantage gaspésien – Stéphane Quintin

Des blocs de béton ont été installés sur le chemin descendant vers le fleuve pour permettre de combler un trou creusé dans la falaise aux pieds de la rue Caouette.

Les résidents ravis par la réouverture des lieux

Les barrières installées aux deux extrémités de l’escalier durant l’été 2017, qui indiquaient jusque-là l’interdiction de circuler sur le site, ne sont désormais plus qu’un mauvais souvenir pour les résidents du quartier, prompts à braver de toutes façons l’obstacle pour continuer à profiter de la vue exceptionnelle sur le fleuve, dont jouissent régulièrement les amateurs de couchers de soleil en bord de mer. Ces derniers, les jours de beau temps, prennent l’habitude de se regrouper au niveau des bancs et de la table de pique-nique installés au sommet de la falaise pour se rassasier du spectacle..

©Photo L’Avantage gaspésien – Stéphane Quintin

La Ville a réglé le problème de tuyauterie qui aurait été à l'origine d'une dégradation accentuée des lieux en raison d'un mauvais écoulement des eaux pluviales.

Ma petite-fille, qui est venue me voir à Matane récemment, descendait à la plage par l’escalier pratiquement tous les jours. -Carmen Desrosiers, ayant participé à la construction de l'escalier en 2009

« Je suis très satisfait par l’intervention de la Ville, que je remercie pour son travail. Plusieurs familles ont déjà profité de cette descente vers le fleuve depuis le retrait des barrières. Aujourd’hui même, il y a eu des personnes qui sont allées se baigner en empruntant cet accès », a raconté Théo Tremblay, un résident de la rue Caouette. « Ma petite-fille, qui est venue me voir à Matane récemment, descendait à la plage par l’escalier pratiquement tous les jours. Je suis contente de voir que la Ville a pris en compte notre inquiétude », s’est réjouie pour sa part Carmen Desrosiers, l’une des résidentes du quartier ayant participé à la construction de l’escalier en 2009 avec d’autres retraités.

©Photo L’Avantage gaspésien – Stéphane Quintin

Une photo prise au mois de mai du trou présent sur le sentier menant vers le fleuve depuis la rue Caouette.

Concernant ce dernier, certaines marches resteraient encore à être redressées. L’ancien conseiller municipal Mario Hamilton, en cas d’aval de la Ville, a réaffirmé sa motivation à l’idée de réunir un nouveau groupe de bénévoles prêts à effectuer une intervention sur la structure qui n’est désormais plus menacée par les conséquences du bris de la conduite d’évacuation des eaux pluviales. Quant au chemin d’accès vers le fleuve, il a été consolidé à certains endroits par la Ville à l’aide de blocs de béton installés pour permettre de combler un trou qui s’était creusé dans la falaise sur le bord de la rue. Rappelons qu’il s’agit d’un second escalier construit à cet endroit en 2009, le premier ayant été détruit à la suite du déménagement des réservoirs Irving, propriétaire des terrains sur la pointe Hurle-Vent, en-haut du Riôtel, vers la zone industrielle de Matane en 1972.  

©Photo L’Avantage gaspésien – Stéphane Quintin

Le trou a été comblé grâce à des blocs de bétons installés le long du sentier.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média