Sections

Saint-Ulric reçoit le titre de « Municipalité de la résistance 2018 »


Publié le 1 juin 2018

Pierre Lagacé a reçu pour une période d’un an le « trophée de la résistance » des mains de la mairesse d’Esprit-Saint, Doris Taylor, lors des activités organisées au vignoble Carpinteri à l’occasion de la 12e Journée de la résistance et de la fierté rurale.

©Photo TC Media – Stéphane Quintin

Dans le cadre d’un 5 à 7 au vignoble Carpinteri, le vendredi 25 mai, à l’occasion de la 12e édition de la Journée de la résistance et de la fierté rurale organisée par le Centre des Opérations dignités (COD), Saint-Ulric a reçu le titre de « Municipalité de la résistance 2018 ».

Destiné à célébrer la détermination, la créativité et les initiatives structurantes réalisées dans le domaine de la ruralité, le « Trophée de la résistance » a été remis pour un an au maire de Saint-Ulric Pierre Lagacé, pour souligner les actions de lutte et de développement menées dans la municipalité, choisie chaque année selon des critères spécifiques pour souligner la prise en charge du milieu et valoriser les initiatives d’enrichissement du monde rural. Le maire l’a reçu des mains de son homologue d’Esprit-Saint, Doris Taylor, récemment élue au poste de mairesse dans cette première municipalité à avoir été honorée par l’attribution du trophée en 2006.

« On sait que vous êtes là pour tenir le flambeau du combat mené par les Opérations dignité », s’est exprimé M. Lagacé à cette occasion, en s’adressant aux Ulricoises et Ulricois réunis au vignoble. Présidente du comité local de développement de la Rivière-Blanche (CLDRB), Karine Aubertin en a profité pour rappeler de son côté la vitalité socio-économique de Saint-Ulric. « Continuez à vous engager comme vous le faites. Le dynamisme de la municipalité serait impossible sans l’implication citoyenne, que l’on est en mesure d’observer à travers le nombre de projets déposés au comité », a-t-elle déclaré à l’assemblée.

Récompenser la relève du monde rural

Pour le COD, la Journée de la résistance et de la fierté rurale permet aussi de rendre hommage à l’implication de plusieurs jeunes se distinguant dans leur milieu, et notamment d’encourager la relève dans le monde rural. Trois bourses du fonds Jean-Marc Gendron ont été attribuées cette année à Valérie Simard, bachelière en agronomie de l’Université Laval s’étant beaucoup engagée dans la Matapédia, Karen Lamarre, spécialisée dans le domaine des loisirs au CLDRB et Renée Bernier, membre de différents comités municipaux à Les Méchins.

Se réunir pour parler de résistance est encore d’actualité. Ça nous permet de ne pas baisser les bras face à l’adversité dans ce grand combat pour le monde rural.

Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia

« Notre objectif commun est de créer de l’espoir en luttant contre la morosité, en combattant la fatalité, et partout sur le territoire du Bas-Saint-Laurent, il y a des raisons d’espérer. Saint-Ulric a su créer des opportunités fantastiques pour sa population dans les domaines culturel et social et celui du développement. Se réunir pour parler de résistance est encore d’actualité. Ça nous permet de ne pas baisser les bras face à l’adversité dans ce grand combat pour le monde rural », a lancé pour sa part le député Pascal Bérubé, récemment déclaré candidat officiel pour Matane-Matapédia aux prochaines élections.

Commémorer les Opérations dignités

Karen Lamarre, de Saint-Ulric, et Renée Bernier, de Les Méchins, sont deux des trois boursières récompensées par le fonds Jean-Marc Gendron à l'occasion de la 12e Journée de la résistance et de la fierté rurale.
Photo TC Media – Stéphane Quintin

L’événement organisé à Saint-Ulric a été aussi l’occasion de rappeler l’histoire des Opérations dignité, un mouvement social qui s’était développé dans les années 1970 pour lutter contre les projets du Bureau d’aménagement de l’Est-du-Québec, qui prévoyait le déplacement d’environ 65 000 personnes et la fermeture de plusieurs dizaines de villages, considérés comme sous-développés. Trois curés de la région, Charles Banville (de Sainte-Paule), Jean-Marc Gendron (d’Esprit-Saint) et Gilles Roy (de Les Méchins) avaient organisé alors la mobilisation de milliers de personnes dans leur paroisse respective, en 1970, 1971 et 1972, un sursaut citoyen qui avait permis au monde rural de prendre conscience de sa force collective et empêché la disparition de plusieurs localités québécoises.

C’est pour mettre en valeur ce pan de l’histoire récente et raviver l’étincelle des luttes passées qu’un centre des Opérations dignité a été ouvert en 2009 à Esprit-Saint. La commémoration de cet événement historique passe aussi par la distribution annuelle des bourses du fonds Jean-Marc Gendron, du nom du prêtre disparu en 1995 et ordonné à Saint-Ulric dans sa jeunesse. La Journée de la résistance est enfin l’occasion de lire le « Manifeste pour la fierté et la dignité de vivre en milieu rural », rédigé à Esprit-Saint pour rendre hommage à ces Opérations dignité.