Sections

Un musicien de Petit-Matane prêt à révolutionner le monde de la cornemuse


Publié le 16 mai 2018

Le joueur de cornemuse de Petit-Matane, Benoît Poulin, est prêt à révolutionner la musique avec la conception d’une version gaspésienne inédite de l’instrument.

©Photo TC Media – Stéphane Quintin

Dans le cadre de la dernière « jasette matanaise » de la saison, la bibliothèque municipale a accueilli, dans la soirée du 15 mai dernier, près d’une vingtaine de curieux venus découvrir la passion d’un joueur de cornemuse de Petit-Matane, Benoît Poulin, prêt à innover dans le domaine. Il prévoit en effet de construire, cet été, le premier prototype d’une cornemuse gaspésienne, dont il a présenté une ébauche à l’assemblée mardi soir.

Ayant pour principal objectif, à travers une série de courtes conférences gratuites, de mettre en valeur les connaissances et intérêts des gens d’ici, la dernière « jasette matanaise » a rempli son contrat, le 15 mai dernier, en donnant la parole à un passionné atypique de la région, le joueur de cornemuse Benoît Poulin, dont les airs musicaux si particuliers, retentissant dans les rangs de Petit-Matane, parviennent parfois, aidés par le vent, à gagner le bord du fleuve.

Captivé depuis 15 ans par la cornemuse, instrument découvert à l’origine en 2003 durant son passage dans les cadets de la Marine royale canadienne, Benoît Poulin a eu le loisir de développer sa maîtrise en jouant jusqu’en 2010 dans un cadre militaire, à l’occasion de cérémonies diverses, avant de partager sa passion au public lors de la finale locale de Cégep en spectacle, qu’il a remportée à Matane en 2010 avec une cornemuse écossaise et en 2012 avec une version gaspésienne inédite, construite à partir de tuyaux en PVC.

Le pari fou de construire une cornemuse gaspésienne

En l’écoutant expliquer avec aisance le fonctionnement de cet instrument, dont les premières versions remonteraient à l’Antiquité, on comprend à quel point ses études au sein du programme d’Électronique industrielle au Cégep de Matane étaient prédestinées. Bricoleur hors pair, l’idée d’une cornemuse gaspésienne lui est venue accidentellement en 2012, lors d’un travail de plomberie effectué dans son sous-sol. Le son provoqué par un phénomène de turbulence sur les membranes d’un tuyau lui a donné l’idée d’une nouvelle version de la cornemuse, dont il a eu l’occasion de construire un premier exemplaire lors d’une participation à Cégep en spectacle.

Benoît Poulin tient dans les mains une partie du prototype de la cornemuse gaspésienne qu'il souhaite développer durant l'été.
Photo TC Media – Stéphane Quintin

Son rêve serait ainsi de développer un concept de cornemuse gaspésienne inédite, construite en région à partir du bois d’érable d’une forêt de Saint-Léandre et dont il a expliqué les grandes lignes du fonctionnement mardi dernier, sans trop rentrer dans les détails pour conserver quelques-uns des secrets de fabrication qui font de cette version locale de l’instrument un prototype unique au monde. Confiant de réussir à mener son projet à terme durant l’été prochain, le jeune homme de 28 ans projette déjà de se rendre éventuellement dans l’État de New York en mars 2020, à l’occasion d’une conférence internationale dédiée à la cornemuse. En attendant, il sera présent à la Marche de la Mémoire le 27 mai à Matane, ainsi qu’à l’édition 2018 du Relais pour la vie, prévu le 16 juin.

Attiré par l’aspect insolite de cet instrument à vent

Alors qu’il effectuait, en octobre 2017, sa 500e prestation publique en cornemuse, Benoît Poulin a démontré sa fascination pour l’instrument, qui l’a amené par ailleurs à se confectionner un kilt particulier de couleur verte, comme les joueurs écossais. Sa maîtrise de l’instrument traditionnel lui a déjà permis de jouer dans des lieux aussi prestigieux que l’aréna de Rimouski. Quant à la découverte de son premier prototype de cornemuse gaspésienne, bricolé en 2012, elle lui avait valu une place en finale régionale de Cégep en spectacle. Travaillant depuis dans le domaine des machines à café, le jeune homme n’a pas cessé pour autant de valoriser son concept unique d’instrument à vent local, dont l’aspect inédit n’a pas manqué de séduire le public lors de sa conférence, animée par quelques prestations réjouissantes. Pour expliquer sa démarche, il a lancé un site Web, ouvert en 2014, cornemusegaspesienne.com.