Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

13 février 2023

Dominique Fortier - dfortier@medialo.ca

Frustration citoyenne autour de l’accès à la clinique dentaire communautaire de la Haute-Gaspésie

SOINS BUCCODENTAIRES

Hygiéniste dentaire

©Photo Gracieuseté

La clinique communautaire de Sainte-Anne-des-Monts est ouverte à tous les patients, peu importe leur provenance.

Le processus d’accès à la clinique dentaire communautaire de la Haute-Gaspésie ne fait pas que des heureux.

Annoncées en grande pompe par le ministre de la Santé, Christian Dubé, en novembre 2021, les premières cliniques dentaires de première ligne opérées par les CISSS avaient pour but de desservir les communautés dont l’accès aux soins buccodentaires étaient difficile.

Or, en août 2022, après un investissement de 850 000 $, l’ancienne clinique du dentiste Gaston Lepage de Sainte-Anne-des-Monts était réaménagée. Depuis l’ouverture, des dentistes itinérants se relayent à la clinique en attendant que deux s’y installent de façon permanente afin de compléter l’équipe composée d’hygiénistes et d’assistantes dentaires.

Le problème dénoncé depuis l’ouverture de la clinique est la clientèle desservie. Quelques citoyens de la Haute-Gaspésie déplorent que l’accès à un dentiste est encore difficile puisque la population locale n’est pas priorisée. Or, avec la pénurie de dentistes qui sévit partout dans la région, la clinique de Sainte-Anne-des-Monts reçois des appels de plusieurs patients provenant de Matane ou d’ailleurs en Gaspésie.

Questionné sur le sujet, le CISSS-Gaspésie répond que le modèle de la clinique communautaire est de donner un accès à toute personne ayant des besoins buccodentaires. « La clinique dentaire communautaire de la Haute-Gaspésie ne limite pas l'accès aux services selon la provenance des patients. Nous sommes un établissement public qui offre des soins de santé et ainsi nous devons d'assurer le service aux personnes qui en ont besoin. Il faut aussi rappeler que des cas urgents sont traités rapidement en fonction du jugement clinique. »

En bref, la clinique doit être considérée comme n’importe quel établissement public de santé. Ainsi, il n’y a pas de discrimination sur la provenance des patients à la clique dentaire au même titre qu’un Annemontois ne se verra pas évalué selon son lieu de résidence s’il se rend dans n’importe quel hôpital de la province.

Le CISSS est toutefois sensible aux doléances de la population et affirme être toujours en mode recrutement. « Nous comprenons que d'être sur la liste d'attente peut être frustrant pour les patients. Cependant, il est à noter que nous souhaitons ajouter du personnel à la clinique afin d'être en mesure de prendre davantage de clients et d'ainsi réduire considérablement la liste d'attente. »

Pour le CISSS, l’ajout de cette offre de services alors qu’il n’y avait plus aucun dentiste local est un pas dans la bonne direction.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média