Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

18 janvier 2023

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Les caribous de la Gaspésie toujours en état de grande précarité

CHIC-CHOCS

Caribou

©Photo fournie par Tristan Rivest

Le caribou montagnard de la Gaspésie est classé comme espèce menacée depuis 2009. Il s’agit de la seule population au sud du fleuve Saint-Laurent.

La population de caribous montagnards stagne depuis trois ans et sa situation est toujours aussi précaire, selon le plus récent inventaire effectué dans les Chic-Chocs.

En 2020, la population était estimée entre 32 et 36 individus. L’an dernier, elle a fait un saut de puce et était plutôt évaluée entre 37 et 40 caribous, montre les données dévoilées lundi par le ministère de l'Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs (MELCCFP). Le ministère n’a cependant pas profité de l’occasion pour partager les données de 2022.

Selon les documents recueillis par le regroupement écologiste Environnement Vert Plus en vertu de la Loi d’accès à l’information – dont le Gaspésie Nouvelles a eu copie – le bilan 2022 serait similaire à celui de 2020 alors que 25 adultes et 5 faons ont été observés aux monts Albert et McGerrigle. C’est trois adultes de moins et autant de faons qu’en 2021.

La proportion minimale de faons ciblée pour maintenir la population de la Gaspésie est toutefois établie à 21 %. « La cible de 21 % de faons n’étant pas atteinte en 2021, le maintien de la population dans le futur est donc incertain », indique le ministère dans son rapport. Avec une maigre population de cinq faons avant l’hiver – les inventaires se font en octobre par hélicoptère, et avec des appareils photos posés aux arbres pendant plusieurs mois – la prédation est préoccupante, ajoute le MELCCFP.

Tout comme le fait que le faible nombre de caribous, dont près de 79 % se concentrent dans un seul secteur, celui du mont McGerrigle, rend la population vulnérable aux événements du hasard. Une avalanche avait par exemple décimé en 2009 les derniers spécimens d’une horde de caribous au nord du Lac Louise, en Alberta.

La présence d’un seul faon dans le secteur Albert est également préoccupante, note le ministère, puisque peu d’échanges sont observés entre le secteur McGerrigle et les secteurs Albert et Logan. Les groupes doivent ainsi être évalués indépendamment.

Si les estimations révèlent ainsi une certaine stabilité démographique, dont les effectifs ont diminué continuellement jusqu’en 2019, la vigilance reste de mise. « La population de caribous montagnards de la Gaspésie subsiste dans un contexte de grande précarité étant donné la faible taille des trois groupes qui la compose, le faible taux de recrutement et le peu d’échanges entre les groupes », résume le ministère.

@ST:Volonté mise en doute

@R:Cet été, la Commission indépendante sur les caribous forestiers et montagnards a partagé une série de 35 recommandations à considérer le plus rapidement possible par Québec, au risque « de franchir un point de non-retour » puisque le temps a lourdement hypothéqué la situation. Elle n’a pas manqué de souligner les efforts demeurés timides voire relatifs pour la protection du caribou jusqu’ici, dixit la Commission dans son rapport de 78 pages.

« Compte tenu de cet encadrement juridique et de l’obligation morale du gouvernement de respecter ses engagements internationaux, il est difficile pour la Commission de conclure une réelle volonté de respecter l’esprit des lois et des conventions auxquelles le gouvernement a librement adhéré », indiquait-on.

Le ministère de l'Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs a pour sa part toujours l’intention de placer en enclos au printemps les femmes gestantes afin qu’elles puissent mettre bas à l’abri des prédateurs. La mesure a été saluée par plusieurs experts.

Enfin, Environnement Vert Plus demande au passage la divulgation plus rapide et adéquate des inventaires annuels, ainsi que la fin de la préséance des industries forestières et minières dans l'occupation du domaine public. Elle désire aussi la mise en place de mesures de conservation plus intenses, comme l'arrêt complet des coupes dans l'aire de répartition du caribou de la Gaspésie, ou encore la mise en place d'un programme d'élevage en captivité puis de remise en liberté pour les populations les plus à risque d'extinction.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média