Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

11 janvier 2023

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Le Matanais Michel Grou publie un premier livre

LITTÉRATURE GASPÉSIENNE

Maman

©Photo Gracieuseté

Le premier livre de Michel Grou intitulé « Maman » traite de la maladie d'Alzheimer.

Le néo-Matanais, Michel Grou, vient d’accoucher d’un tout premier livre intitulé « Maman » qui sera en librairie dès le 18 janvier, date du décès de sa mère Yvette.

Ce premier récit empreint d’humanité et d’émotions retrace quelques bribes de la vie de l’auteur et de sa mère après que celle-ci ait reçu un diagnostic d’Alzheimer. « Ç’a été moins difficile que je pensais d’écrire ce livre. Ce fût très libérateur et j’ai approché le tout comme si je montais un documentaire, à la différence que j’avais déjà les éléments que je voulais y inclure. »

Michel Grou a donc entamé l’écriture alors que sa mère était sur la dernière pente descendante de la maladie. Étant déjà à un stade avancé, elle n’a pas eu conscience que son fils écrivait un livre sur elle. « Je ne doute pas qu’elle aurait été fière », ajoute l’auteur, qui avoue avoir retrouvé sa mère en quelque sorte à travers l’écriture du bouquin.

« Maman » n’est ni autobiographique, ni une description de la maladie. L’emphase a été mis sur le côté humain des choix que font les gens face à des situations horribles comme le déclin du proche et le deuil de l’autre alors que celui-ci est encore en vie. « Lorsqu’on voit des gens seuls en CHSLD, on se dit que c’est épouvantable qu’ils soient laissés là, souvent abandonnés. Pourtant, de façon inconsciente, qu’il s’agisse par manque de temps ou par crainte d’avoir mal de voir quelqu’un qu’on aime atteint d’une telle maladie, on s’éloigne tous à un moment ou un autre. »

Pour Michel Grou, les dernières années ont été encore plus difficiles puisque la pandémie s’est immiscée dans leur vie. « Comme la communication orale n’était plus possible, seuls les contacts émotifs et physiques me gardaient près d’elle, mais les restrictions sanitaires nous empêchaient d’avoir de telles interactions. »

C’est donc ce processus de deuil, de décisions déchirantes qu’on prend face à la vieillesse ou la maladie et ultimement, comment on agit en tant qu’être humain face à de telles situations que l’auteur a voulu traduire dans ce livre de 240 pages paru aux Éditions Hugo Doc.

Il y aura un lancement officiel à Matane, soit le jeudi 26 janvier à 17 h à la bibliothèque municipale de Matane. Un autre lancement se fera par la suite à Montréal.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média