Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

20 décembre 2022

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

La petite histoire d’Elias, un réfugié syrien établi à Sainte-Anne-des-Monts

IMMIGRATION EN RÉGION

Elias

©Photo Gracieuseté

Elias Hanna apprivoise sa nouvelle terre d'accueil entre mer et montagnes.

Établi à Sainte-Anne-des-Monts depuis à peine plus de deux mois, Elias Hanna a su se rebâtir une vie en sol québécois, soutenu par de parrains au grand cœur et une communauté prête à l’accueillir à bras ouverts.

Tout a commencé il y a quatre ans lorsque Claude Homsy, une résidente de Sainte-Anne-des-Monts était en voyage au Liban pour revoir sa famille. « Nous sommes montés au village de mes parents et c’est à cet endroit que j’ai rencontré le jeune Elias qui résidait dans un couvent de religieux. Le directeur m’avait demandé si je pouvais faire quelque chose pour lui », explique l’enseignante de formation.

Comme Elias avait déjà deux sœurs qui habitaient au Canada anglais, l’idée de venir s’installer au pays lui a plu immédiatement. « Ce fut toutefois la seule fois que je l’ai vu avant de le parrainer puisqu’il y a ensuite eu une révolution dans les rues du Liban et la Covid a frappé par la suite », poursuit Claude Homsy qui habite Sainte-Anne-des-Monts avec sa famille depuis maintenant huit ans. Ce n’est pas non plus la première fois que la famille Homsy parraine des nouveaux arrivants en Gaspésie. En 2016, ils accueillant une famille lors de la vague d’entrée de réfugiés syriens.

La pandémie a donc grandement retardé tout le processus. Tous les dossiers d’immigration ont été tablettés et se sont finalement résorbés qu’en septembre dernier, soit pratiquement quatre ans plus tard. Dès son arrivée, Claude et son mari ont entrepris d’aider leur nouveau parrainé à se dénicher un logement. « Puis au moment de son déménagement, j’ai parlé avec notre menuisier qui nous a mentionné qu’il aurait possiblement du travail pour Elias. C’est un jeune homme qui fait tout. Il aimerait d’ailleurs faire son cours de plomberie et chauffage. Pour le moment, c’est difficile puisqu’il y a la barrière de la langue et il n’y a pas suffisamment de personnes pour débuter un cours de français en groupe. »

Intégration réussie

Ainsi, malgré la barrière de la langue, Elias n’a jamais hésité à participer aux différentes activités organisées par le Service d’accueil des nouveaux arrivants. Pour Philippe Beauchemin, qui agit à titre d’agent d’accueil et d’intégration à la MRC de la Haute-Gaspésie, Elias est un exemple parfait d’un jeune homme qui veut participer à la vie communautaire. « Il a réussi à se trouver à un emploi, il a aussi fait la cuisine lors d’un souper africain de façon bénévole. De plus, comme nous avons déjà quelques Marocains d’établis à Sainte-Anne-des-Monts, ça lui permet d’échanger en arabe avec eux. »

Elias poursuit donc tranquillement son intégration sur sa nouvelle terre d’accueil, soutenu par ses parrains et ses pairs.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média