Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

24 novembre 2022

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Matane a maintenant son pub ludique et des jeux d'évasion

J'MATANE PAS D'JOUER

Pub ludique

©Photo Mélanie Daraîche - L'Avantage Gaspésien

L'étincellante Vicky, le sympathique Dominique et la pétillante Marie-Gabrielle vous attendent au Pub ludique Chez Elmo.

Les jeux de société sont plus populaires que jamais. Si dans l’imaginaire collectif et dans un passé pas si lointain ils étaient encore systématiquement indissociables des groupes de geeks ou qu’ils amassaient la poussière dans le fond d’une garde-robe en attendant une partie impromptue en famille dans le temps des Fêtes, ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Les jeux de société se sont démocratisés, ont beaucoup évolué au-delà des simples plateaux à parcourir au gré de lancements de dés et de nombreuses personnes se réunissent fréquemment pour des soirées organisées, où le nombre de boîtes de jeu excède largement le temps imparti pour même espérer pouvoir tous les essayer.

C’est que l’offre a explosé dans les dernières années. Les endroits spécialisés font dorénavant partie intégrante de l’écosystème des villes qui les accueillent, en témoigne le succès de Randolph à Montréal, qui a tracé la voie pour plusieurs autres. Et depuis vendredi, c’est Matane qui peut maintenant se targuer d’avoir elle aussi son pub ludique : Chez Elmo.

Retrogaming, jeux d’évasion, soirées-quiz et évidemment jeux de société sont quelques-unes des activités proposées par Dominique Fortier et sa conjointe Vicky Fortin, qui avaient en tête depuis au moins six mois d’ouvrir à leur tour un lieu de rassemblement pour les passionnés comme eux. Un local vacant dans l’immeuble où ils habitent les auront finalement poussés à se lancer dans l’aventure. Quelque 20 000$ plus tard et après de nombreuses heures à peaufiner le concept, Chez Elmo a vu le jour.

« On cogitait avec parents et amis à savoir ce qu’il serait plaisant de faire dans ce local et on est tous arrivés à la conclusion que des activités ludiques, en intérieur, il y en a peu à Matane et dans les alentours. Un sondage maison nous a rassuré et on a décidé de foncer. On pense qu’on vient combler un certain besoin », explique l’homme bien connu dans la région à titre de journaliste à L’Avantage Gaspésien*.

La passion du jeu

 

Bien au-delà du désir de seulement vouloir occuper un espace, le couple est surtout passionné de tout ce qui tourne autour du divertissement dans son sens le plus large. Chaque périple à Montréal ou à Québec les amène par exemple à essayer un nouveau jeu d’évasion. Ils ont ainsi pu récupérer le meilleur de chacun pour offrir une expérience à leur image, avec des concepts bien à eux et épurés de ce qui fonctionne parfois moins bien ailleurs. « Il y a des principes de base dont on n’échappe pas, mais on sort des sentiers battus de seulement trouver un chiffre pour débarrer un cadenas. Il faut déchiffrer des indices avec des énigmes un peu plus poussées. Il y a plusieurs étapes plus élaborées que de trouver un chiffre sur un mur », explique Dominique Fortier.

Avis aux intéressés, le taux de réussite pour le moment tourne autour de 20% pour l’un des quatre scénarios proposés (les réservations à l’avance sont par ailleurs fortement suggérées).

Le duo peut aussi tirer profit des nombreux jeux de société qui s’accumulaient depuis longtemps dans leur appartement. Chez Elmo en regroupe pour l’instant près de 200. La majorité d’entre eux ont été testés et assimilés afin que les clients puissent se faire rapidement expliquer les règlements et que leur temps soit consacré à l’essentiel : jouer. Ils peuvent donc orienter tout un chacun selon leurs goûts et leurs préférences. « On en apprend des nouveaux à tous les jours pour rendre l’expérience la plus plaisante selon le désir de chacun. Que ce soit des jeux d’ambiance comme L’Osti d’jeu, un simple Boggle ou pour les plus petits, on ratisse le plus large possible pour que tout le monde y trouve son compte.

Autant les classiques tels que Les Aventuriers du rail, Les Colons de Catane, Destin, Carcassonne, 7 Wonders ou Risk se retrouvent donc sur les tablettes et côtoient d’autres jeux contemporains parfois moins connus des néopthytes – Colt Express, Formula D, les scénarios d’évasion de la série Unlock!, Complots – tout aussi efficaces, dont plusieurs qui ont remporté le Spiel des Jahres remis au jeu de l’année (oui, les jeux de société ont aussi leurs récompenses bien à eux).

Les clients peuvent quant à eux occuper les lieux Chez Elmo de façon illimitée et essayer autant de jeux qu’il leur plaît après avoir défrayé les coûts d’entrée (8$ pour les adultes, moitié moins pour les enfants). Des bouchées, des consommations – alcoolisées ou pas – et des bonbons exotiques sont aussi disponibles sur place.

Pour les amateurs de rétrogaming, deux consoles sont également offertes, une NES et une SEGA Genesis. Oubliez cependant les longues minutes à « souffler dans cassette » de la Nintendo puisqu’il s’agit plutôt des nouveaux modèles, de style rétro, avec des dizaines de jeux intégrés. La joie de jouer à Circus Charlie demeure cependant la même.

Des soirées spéciales (comme pour les amateurs de cartes Magic par exemple) ou thématiques peuvent aussi être organisées sur demande.

« Ça pourrait être une soirée Guerre des clans ou Fais-moi un dessin par exemple. Ou bien si tu as une gang de 20 personnes qui trippe sur le hockey, tu peux réserver le local et on va faire un quiz de connaissances générales sur mesure à ce sujet-là. Tout ce qu’on veut, c’est que ça devienne un lieu de rassemblement pour avoir du bon temps au tour de la thématique du jeu », renchérit le nouvel entrepreneur.

Ah et pour le nom, Elmo est un petit chat noir atteint de paralysie cérébrale féline que le couple a sauvé d’une mort certaine en l’adoptant il y a quelques années. Aujourd’hui en pleine forme, sa démarche chancelante prête au sourire et aux bons sentiments. « Mon amour des chats fait que je devais en avoir un quelque part pour mon entreprise. Avec le nom qui sonne ludique, c’était un mariage parfait », conclut Dominique Fortier.

* NDLR : Dominique Fortier est journaliste à L’Avantage Gaspésien, hebdomadaire appartenant à Médialo. Médialo est également propriétaire du Gaspésie Nouvelles, pour qui travaille l’auteur de ces lignes.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média