Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

09 octobre 2022

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Projet de sensibilisation à la santé des sols en Haute-Gaspésie

Alix Fournier

©Photo Gracieuseté

Alix Fournier utilise notamment la technique chromatographique pour analyser les sols.

Le Carrefour Jeunesse Emploi de la Haute-Gaspésie s'est intéressé aux travaux d'Alix Fournier en lui proposant de faire du volontariat, dans une optique de partager ses savoirs, le tout en lien avec le principe d'autonomie alimentaire.

Étudiant en agroalimentaire, Alix Fournier s'intéresse à la santé des sols depuis un bon moment. Elle a nourri son intérêt personnel au fil du temps, notamment avec des voyages où elle a côtoyé des communautés paysannes. « Ça fait déjà quelques années que j'ai cet intérêt et c'est ce qui m'a poussé à créer un laboratoire pour sensibiliser les gens au monde du vivant. J'ai donc développé deux activités, soit du thé de compost et des analyses de sols par chromatographie. »

Tout d'abord, le thé de compost, c'est de l'eau dans laquelle on a infusé un compost pour y multiplier les microorganismes vivants et enrichir les sols. Il est utilisé depuis peu de temps au Québec. C'est au Kamouraska que la technique a été utilisée pour la première fois. Alix Fournier tente maintenant de démocratiser cette façon de faire en Haute-Gaspésie. « On brasse le tout pendant 48 à 72 heures. Je nourris les bactéries avec des sucres, des algues et de la farine de pois chiche et on applique sur le sol. Ces bactéries sont essentielles des nutriments aux plantes, ce qui peut améliorer grandement la santé des sols », explique Alix Fournier.

Lors des activités, les gens sont invités à observer le mouvement des bactéries à travers un microscope, ce qui aide à la compréhension de la chose. La biologiste peut alors enseigner aux curieux le rôle des bactéries et identifier celles qui sont les plus efficaces.

La deuxième activité, soit la chromatographie, est une technique, notamment utilisée pour analyser des sols qu'elle a apprise alors qu'elle séjournait en Colombie. « C'est une technique qui étudie la structure des matières. On peut analyser des sols, mais aussi des fruits, des légumes et des feuilles. C'est très visuel puisque les substances extraites apparaissent dans les analyses de différentes formes et couleurs », ajoute Alix Fournier.

Cette méthode permet de démontrer si un sol est en bonne santé ou détruit. C'est là que tout l'aspect de sensibilisation entre en jeu. Pour Alix Fournier, il s'agit d'une bonne façon de rendre l'analyse accessible et compréhensible, davantage qu'avec les techniques conventionnelles. « Je propose aux gens d'analyser leurs sols pour qu'ils puissent mieux comprendre ce qui se passe. Les résultats observés permettent ensuite d'apporter un nouvel éclairage et d'accompagner les gens dans la poursuite de leurs objectifs. »

Pour le CJE, cette expérience a été concluante. Le projet, qui a été financé par le Secrétariat à la jeunesse, a donc permis aux gens de pouvoir en apprendre davantage sur les deux techniques mentionnées ci-haut et de se sensibiliser à l'importance d'une terre en santé. Ainsi, pendant plusieurs semaines, les citoyens ont pu aller à la rencontre d'Alix au marché public de Mont-Louis. « Ce fût un réel plaisir de travailler avec Alix qui était entièrement autonome et organisée dans son projet. On croit que le tout a permis aux gens de développer davantage leur amour de la terre », conclut Amélie Masse, agente de développement de projets au CJE de la Haute-Gaspésie.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média