Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections provinciales

Retour

27 septembre 2022

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Legault promet 50% de rabais sur les permis de chasse et pêche des aînés

GASPÉ

Legault

©Jean-Philippe Thibault - L'Avantage Gaspésien

François Legault était accompagné des candidats Stéphane Sainte-Croix (Gaspé) et Catherine Blouin (Bonaventure).

À six jours des élections, François Legault était de passage à Gaspé entre deux escales aux Îles-de-la-Madeleine et sur la Côte-Nord.

N’ayant pas réussi à faire élire de député dans l’Est-du-Québec en 2018, le premier ministre espère bien faire mieux cette fois et percer la défense péquiste, pour reprendre l’allusion sportive.

« Il ne faut rien prendre pour acquis. Il faut travailler fort. Dans l’Est-du-Québec c’est une lutte à deux entre la CAQ et le Parti québécois et je veux parler surtout de ce qu’on propose. Il y a des préoccupations dans nos régions et il faut plus aider nos petites municipalités », lance François Legault, qui était accompagné de ses candidats Stéphane Sainte-Croix (Gaspé) et Catherine Blouin (Bonaventure).

Selon le site Qc125, les deux partis sont en effet au coude-à-coude dans les intentions vote, avec un léger avantage pour la CAQ. Sur le terrain, les jeux semblent cependant loin d’être faits.

François Legault était en Gaspésie pour un engagement de réduire de 50 % le prix des permis de pêche sportive et de chasse au petit gibier pour les 65 ans et plus. Avec le coût de la vie qui augmente, le chef de la CAQ est convaincu que ce rabais sera bienvenu pour les aînés. Si son parti est réélu, un investissement total de 26,8 millions de dollars sera réalisé en ce sens, pour aussi améliorer les sentiers pédestres et créer la Vitrine Chasse et Pêche Québec, un site Internet qui viendra moderniser les outils de promotion et de réservation pour faciliter la vie des chasseurs et des pêcheurs. « On veut que les Québécois profitent de la belle nature qu’on a au Québec », résume François Legault.

Rail

Questionné sur le rail gaspésien, le premier ministre a dit vouloir aller de l’avant pour une réfection complète jusqu’à Gaspé, mais n’a pas voulu se mouiller en précisant un échéancier ou dire si un gouvernement de la CAQ serait prêt à investir davantage pour que les trains puissent se rendent jusqu’au bout de la péninsule.

« On a besoin de ce service-là. Trop longtemps au Québec malheureusement on a été les champions du camion. Il faut développer le train. Pour la Gaspésie, c’est important et pour les passagers et pour les marchandises. Il y a un défi de trouver les travailleurs de la construction, mais au fur et à mesure qu’on trouve les employés, on va aller de l’avant », précise le premier ministre.

Quant aux 100 millions de dollars supplémentaires annoncés hier pour lutter contre l’érosion des berges, qui frappe les régions côtières comme les MRC de La Côte-de-Gaspé et du Rocher-Percé, François Legault estime qu’il faudra dresser un portrait global de la situation. « Il faut arrêter d’y aller à la pièce et rapidement faire un inventaire de ce qui a à faire comme travail. Il y a de plus en plus de tempêtes qui sont de plus en plus intenses », lance-t-il.

En 2016, le consortium de recherche sur la climatologie régionale et l'adaptation aux changements climatiques, Ouranos, estimait le coût de l’érosion des berges au cours des 50 prochaines années au Québec à 1,5 milliard en dommages sur les infrastructures, sans compter les impacts indirects des changements climatiques sur l'économie régionale, la santé, le tourisme et les écosystèmes. L’absence d’intervention sur le littoral de l’Anse du sud à Percé aurait par exemple mené à plus de 700 millions de dollars en pertes économiques pour la Gaspésie.

Zone d’innovation

Pour la Zone d’innovation de l’économie bleue du Québec, un projet commun partagé par les villes de Grande-Rivière, Sainte-Thérèse-de-Gaspé et Rimouski, qui pourrait générer des investissements de plus de 230 millions de dollars, dont 163 millions en Gaspésie, François Legault n’a pas fait d’annonce en bonne et due forme, mais a spécifié que les projets retenus devront se faire avec l’apport du privé. « Le gouvernement est prêt à investir dans la partie éducation et recherche. Mais le critère qu’on s’est mis, c’est d’avoir des partenaires privés », explique François Legault.

Sur ce point, le maire de Grande-Rivière n’est pas inquiet et est d’avis que les acteurs du privé seront au rendez-vous. « Présentement dans ce qui a été déposé et l’ensemble des entreprises impliquées, on a pour 70 millions d’investissements privés dans notre structure de financement, que ce soit autant les industriels que les associations de pêcheurs avec les homardiers et les crabiers ou encore les concepteurs de chantier naval. Le privé, il est présent », assure Gino Cyr.

Deux zones d’innovation ont déjà été annoncées en Sherbrooke quantique et Technum Québec, à Bromont. Celle proposée en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent est le seul projet déposé touchant au milieu maritime.

Gino Cyr

©Jean-Philippe Thibault - L'Avantage Gaspésien

Gino Cyr a profité de la présence du premier ministre pour s'entretenir des enjeux de Grande-Rivière, dont le dossier de la grue portique.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média