Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

12 septembre 2022

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Québec solidaire dévoile sa plateforme régionale pour la Gaspésie

CHANDLER

QS

©Jean-Philippe Thibault - L'Avantage Gaspésien

Yv Bonnier-Viger, Manon Massé et Catherine Cyr Wright.

Les candidats de Québec solidaire dans Gaspé et Bonaventure, Yv Bonnier-Viger et Catherine Cyr Wright – accompagnés de la co-porte-parole Manon Massé – ont présenté leur plateforme régionale cet avant-midi au Parc du Bourg de Pabos; plateforme qui met de l’avant 20 engagements principaux.

« C’est pour faire le pont entre les propositions solidaires et les préoccupations gaspésiennes. Les gens se sentent trop souvent oubliés par le gouvernement. Notre région, c’est plus que des beaux paysages et des cartes postales, ce sont des gens qui ont choisir de venir y travailler, y vivre et y vieillir », lance d’emblée Catherine Cyr Wright.

Parmi les faits saillants dévoilés aujourd’hui, doubler les investissements régionaux en transport en commun pour améliorer l’offre de la RÉGÎM, instaurer un moratoire sur les coupes forestières dans l’aire de répartition du caribou, tenir une commission Coulombe 2.0 pour revoir mode de gestion des forêts, aider financièrement les agriculteurs vers la neutralité de leur bilan de GES, mettre sur pied un abattoir public régional, s’assurer que les CLSC soient ouverts 24/7, faire de la santé mentale un soin de santé réellement accessible gratuitement, construire 500 logements sociaux – 250 dans un premier mandat – mettre un terme aux « étévictions » et contrôler la transformation de maisons et de logements en résidences touristiques.

« On a vu des infirmières qui sont obligées de camper pendant l’été alors qu’elles sont venues donner un coup de main aux équipes. C’est le genre de conséquences que la crise du logement amène chez nous [...] On veut aussi créer un registre des loyers et s’assurer que ça ne se retrouve pas en Airbnb », explique Yv Bonnier-Viger.

Toutes les nouvelles maisons construites seraient par ailleurs écoénergétiques, afin d’être en phase avec les changements climatiques. « C’est plus cher à la construction, mais beaucoup moins cher à l’entretien et à la longévité », résume le candidat dans Gaspé.

Catherine Cyr Wright rappelle pour sa part la « Prestation poupons », un programme présenté plus tôt qui s’adresse aux parents d’enfants de moins de 18 mois qui ont épuisé leurs prestations du RQAP et qui ne peuvent pas retourner au travail en attente d’une place pour leur enfant. Les parents éligibles auraient droit à un montant de 870$ par mois pour palier à leur perte de revenu. Cet engagement est chiffré à 140 millions de dollars pour la première année de sa mise en place, montant qui se réduirait jusqu’à zéro dans un premier mandat en 2026, moment où le problème serait résorbé selon Québec solidaire. Des micro CPE de 8 à 20 places dans des locaux déjà existants viendraient aussi se greffer à l’offre actuelle.

« On ne pourra pas créer toutes les places en garderie avec un coup de baguette magique, c’est pour ça qu’on propose une aide immédiate et un nouveau modèle adapté à notre réalité pour rattraper le retard et que tous les enfants aient une place », précise Catherine Cyr Wright.

Québec solidaire veut aussi exiger que la cimenterie de Port-Daniel-Gascons se conforme aux lois environnementales du Québec sans délai et respecte les quotas d’émissions prévus à leur plan climat. « Ces entreprises, on va les mettre au pas, explique Manon Massé. Ce n’est pas de la faute des travailleurs et pas question de fermer [l’usine McInnis]. Il faut l'accompagner, mais c’est inacceptable et irresponsable en 2022 », lance la co-porte-parole, faisant allusion aux épisodes de poussières collantes qui se répètent depuis plus de deux ans. « Quand on dit accompagner, l’image qu’on devrait avoir en tête c’est plus un genre de tutelle. On ne va pas mettre d’argent public davantage là-dedans, renchérit Yv Bonnier-Viger. La compagnie semble avoir de la difficulté à opérer tout ça. Ils ont réparé avec des pièces inadéquates, n’utilisent pas les bons sacs à filtration et ont eu des bugs informatiques qui expliquent un peu les émissions de poussière qui ont vraiment emmerdé la vie des voisins. »

Rappelons que Québec solidaire prône pour une indépendance complète de la santé publique. Le parti désire aussi que toutes les données d’émissions polluantes soient enregistrées et comptabilisés directement par le gouvernement, au lien de s’en remettre aux entreprises elles-mêmes.  « Depuis quelques décennies en Amérique du Nord – et le Québec a suivi – sous prétexte de pollueur-payeur, on a confié à l’industrie le rôle de surveiller sa pollution. C’est avec cette base que les inspecteurs essaient de voir si les polluants ont créé des problèmes de santé. Il y a chez les citoyens des craintes, et parfois avec raison, que les mesures transmises sous-estiment la réalité des pollutions. Notre position, et de la santé publique en général d’ailleurs, c’est qu’on puisse avoir de vrais systèmes de détection indépendants pour avoir des données objectives », précise celui qui a mis sur pause sa carrière de directeur régional de santé publique pour sa lancer dans l’arène politique.

« Si pendant des années on a associé Québec solidaire à Montréal, je pense que depuis quatre ans les gens ont compris la pertinence de notre équipe à l’Assemblée nationale du Québec. Avoir un député solidaire, ça change le monde », conclut Manon Massé, en faisant référence aux nombreuses sorties publiques de leur députée Émilise Lessard-Therrien à propos de la Fonderie Horne à Rouyn-Noranda.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média