Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

26 juillet 2022

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Des questions soulevées sur l'accessibilité à la marina de Sainte-Anne-des-Monts

HAVRE POLYVALENT

Marina SADM

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Le havre polyvalent de Sainte-Anne-des-Monts a vécu d'importamts changements avec l'arrivée du nouveau conseil d'administration.

Depuis quelques mois, plusieurs propriétaires de petits bateaux affirment ne plus avoir le même accès qu'auparavant à la marina de Sainte-Anne-des-Monts, provoquant un certain malaise dans la communauté.

En avril dernier, un nouveau conseil d'administration était élu à la tête du havre polyvalent. Celui-ci est composé de Stéphane Marin à la présidence, de Joël Arpin à la vice-présidence accompagnés de Pascale Caissy, Jacques Lepage, René Bernatchez, Myriam Belley et Michel-Xavier Simard. Leur arrivée a amené plusieurs changements dont des augmentations de coûts. Des cartes de membres à 200 $ ont été mises en place alors que ce principe avait été aboli depuis plusieurs années. Les frais de quayage ont aussi monté à 20 $ le pied linéaire. Des ajustements ont aussi été apportés aux modalités de mise à l'eau et d'hivernement.

Les changements apportés par la nouvelle administration coïncident aussi avec le départ du maître de port, Sylvain Gaumond, qui a passé la plus grande partie de sa carrière à s'occuper du havre polyvalent de Sainte-Anne-des-Monts. Ce n'est pas sans un pincement au coeur qu'il a quitté son poste. « C'est une autre dynamique qui n'est pas typique à nous qui s'est installée et je n'avais plus envie de travailler avec ces nouvelles modalités. Les coûts ont drôlement augmenté et plusieurs petits propriétaires de la place n'ont plus les moyens de payer le quayage et la mise à l'eau », explique-t-il.

Pour Sylvain Gaumond, les nouvelles règles en place sont trop rigides et les coûts sont trop élevés. « Quand j'étais là, on pouvait accommoder notre monde avec des arrangements de paiement. Je connaissais les utilisateurs et il y avait une confiance qui s'était installée tandis que maintenant, on a l'impression que c'est géré comme si c'était une grosse marina de la taille de Québec. Ce n'est plus du tout la même dynamique. Il y a plusieurs utilisateurs de longue date qui sont tout simplement partis. »

Au havre de pêche de Tourelle, la maîtresse de port, Gisèle Servant, confirme qu'elle reçoit depuis quelques mois, plusieurs appels de propriétaires de petits bateaux ou de voiliers qui veulent s'attacher à Tourelle. Elle entend les mêmes choses que ce que dénoncent les utilisateurs réguliers de la marina de Sainte-Anne-des-Monts, à l'effet que les coûts sont maintenant trop élevés pour eux. « Je ne peux pas malheureusement pas accepter de petits bateaux ou de voiliers parce que je ne suis pas une marina comme Sainte-Anne-des-Monts, c'est un havre de pêche. Je peux permettre la mise à l'eau pour les petits bateaux de pêche, mais ils doivent remonter par la suite car les places sont réservées aux pêcheurs commerciaux. »

Un nouveau conseil avec une nouvelle vision

Du côté du conseil d'administration actuel, on se défend de vouloir transformer la marina de Sainte-Anne-des-Monts en un club élite. L'une des administratrices, Pascale Caissy affirme d'ailleurs s'être impliquée au sein de l'organisme, tout d'abord pour la passion de la navigation, mais aussi pour assurer une saine gestion et offrir un endroit convivial et dynamique où tout le monde est bienvenu. « On n'est pas le yacht club de Montréal et c'est loin d'être ce que nous visons comme objectif. »

En ce qui a trait à l'augmentation des coûts, Pascale Caissy affirme que l'organisme a des frais fixes à assumer chaque année. « Cette année par exemple, nous n'avons pas été en mesure d'obtenir des subventions salariales puisque nous étions hors-délais, ce qui nous a occasionné plus de dépenses. Nous avons aussi besoin de revenus pour assurer la pérennité de nos opérations puisque nous ne pouvons plus compter sur certaines sources de revenus liés à l'installation et la désinstallation des marinas. Il fallait donner un coup de barre, mais les tarifs vont se stabiliser car ce n'est surtout pas notre intention de mettre les gens de Sainte-Anne-des-Monts hors de la marina. »

Du même coup, le conseil d'administration du havre polyvalent rappelle que les gens peuvent se prémunir d'un accès journalier à la rampe de mise à l'eau pour la somme de 20 $.

Pour la suite des choses, le conseil d'administration promet que les bases seront jetées dès l'automne afin que le processus d'attribution des places et du membership soient le plus transparent possible. « On va mettre en place des procédures claires et nous communiquerons avec nos membres afin de s'assurer que tout le monde ait les bonnes informations. »

Interpellé sur le sujet, le maire de Sainte-Anne-des-Monts, Simon Deschênes, confirme être au parfum des doléances de certains propriétaires de petits bateaux. « Nous laissons la nouvelle administration compléter sa saison, mais j'entends les rencontrer au cours des prochains mois pour dresser un bilan de leur première saison et voir si certaines modifications sont de mise. »

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média