Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 juillet 2022

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Quels projets pourraient émaner du plan de développement des Chic-Chocs?

HAUTE-GASPÉSIE

Chic-Chocs

©Photo SÉPAQ

Le plan de développement des Chic-Chocs devra s'harmoniser aux réalités de la flore et de la faune existante.

Riche d'une enveloppe de près de 430 000 $, le CLD de la Haute-Gaspésie a révélé quelques exemples de projets qui pourraient être inclus dans le plan de développement des Chic-Chocs et de la Haute-Gaspésie.

Soutenu par le gouvernement fédéral et plus particulièrement, la ministre responsable de la Gaspésie, Diane Lebouthillier, le plan de développement récréotouristique des Chic-Chocs a pour but de positionner la Haute-Gaspésie comme un attrait d'envergue internationale. Pour y arriver, une première somme de 430 000 $ a été octroyée au CLD et à la MRC pour élaborer un plan d'action sur dix ans.

Le directeur adjoint du CLD et de la MRC de la Haute-Gaspésie, Jean-Simon Vigneault, est d'avis que les possibilités sont aussi grandes que l'ambition derrière la volonté de développement. « Nous voulons consulter les acteurs du secteur touristique, les citoyens et les différents ministères qui pourraient éventuellement être des bailleurs de fonds pour les projets qui seront mis de l'avant. L'idée est de concilier les impératifs économiques avec les orientations ministérielles pour que ce que nous proposons soient acceptées. »

Parmi les idées qui pourraient germer de ce plan de développement, on mise sur l'hébergement, les activités et le transport. Par exemple, on pourrait voir une deuxième auberge en montagne, des loges de bord de mer, ajouter des sentiers de ski hors-piste, rejoindre le Sentier international des Appalaches et avoir des forfaits vacances à partir de transports nolisés, autant par voie terrestre que par les airs. « Ce qu'on veut, c'est de diversifier la clientèle touristique, faire du quatre saisons et éventuellement qu'on puisse vivre du tourisme à l'année », ajoute Jean-Simon Vigneault.

Qui pourrait porter ces projets? À cette question, le directeur adjoint du CLD et de la MRC explique qu'il peut s'agir autant de promoteurs privés que d'organismes comme la SÉPAQ. À travers le déploiement du plan de développement, des promoteurs pourraient être ciblés et des programmes de financement pourraient leur être suggérés.

La prochaine étape se fera au cours des prochaines semaine alors qu'une analyse exhaustive des lieux se fera afin de cibler où il sera possible de développer en harmonie avec les règlements et les réalités fauniques actuelles. Par la suite, des consultations se tiendront tout au long de l'automne pour déboucher sur le dépôt d'un plan préliminaire dès le début de 2023. Quelques mois plus tard, le plan complet sera présenté au grand public.

La réalisation du plan a été confiée à une équipe spécialisée en tourisme, loisir et culture de Raymond Chabot Grant Thornton et PESCA, une firme de consultants en impacts environnementaux.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média