Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

10 mai 2022

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Cap-Chat ordonne l'euthanasie du chien qui a mordu un jeune adolescent

ATTAQUE CANINE

Ville de Cap-Chat

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Le maire de Cap-Chat, Marcel Soucy et le directeur général, Yves Roy.

Lors d'une séance extraordinaire du conseil de ville, les élus de la Ville de Cap-Chat ont entériné une résolution ordonnant l'euthanasie d'un chien jugé dangereux qui a mordu sévèrement un jeune adolescent en février dernier.

Lors d'une visite chez un ami de sa mère en février, un jeune adolescent de 14 ans a été confronté à deux chiens qu'il connaissant pourtant bien. Cependant, le comportement des cabots est rapidement devenu agressif et le jeune homme s'est fait mordre aux deux bras, à la main et au bas du dos. Il a été hospitalisé à Maria en plus de suivre une réadaptation en physiothérapie. Il vit depuis avec un traumatisme.

Puisque l'événement rarissime était une première pour les élus et la direction de Cap-Chat, ils ont dû « construire l'avion en plein vol »; pour ainsi reprendre l'expression populaire. « Nous avons dû étudier la loi existante à cet effet, recueillir les différents témoignages, trouver un vétérinaire expert pour analyser le comportement du chien et s'assurer que tout le conseil était à l'aise avec la décision qui revenait ultimement entre nous mains », explique le directeur général de la municipalité, Yves Roy.

L'un des deux propriétaires des deux chiens a déjà fait euthanasier son chien depuis les événements. Il restait donc l'autre canin, soit un autre dogue de Bordeaux de sexe masculin. Celui-ci a été examiné par le vétérinaire René L'Arrivée de Rimouski qui possède près de 50 ans d'expérience dans le métier, dont une expertise en comportement animal. Ce dernier a déterminé que le chien était potentiellement dangereux et que l'attaque de février dernier était de type prédation, soit la plus imprévisible et dangereuse qui soit. Le vétérinaire a aussi statué que le risque de récidive était bien réel.

Se basant sur cet examen du vétérinaire, le conseil de ville de Cap-Chat a ordonnée à ce que le chien soit euthanasié lors d'un rendez-vous prévu à cet effet le 16 mai prochain, et ce, aux frais de la propriétaire. Advenant le cas où la propriétaire ne se rendrait pas au rendez-vous, des dispositions pourront être prises, notamment en faisant appel à un huissier qui, à son tour, pourrait demander le soutien de la Sûreté du Québec pour escorter l'animal chez le vétérinaire.

Quant à la mère de l'adolescent, Sonia St-Pierre, elle déplore ne pas avoir été mise au courant immédiatement des actions prises par la Ville. « C'est mon fils dont il est question et on a appris par les réseaux sociaux qu'une ordonnance d'euthanasie avait été signifiée à la propriétaire du chien. « On me disait que c'était confidentiel alors que mon fils était la victime et que l'information circulait déjà partout dans la ville. De plus, après tous ces mois-là, le chien est toujours en vie. Ç'a été trop long avant qu'on en arrive à une décision. Ce sont les deux reproches que j'ai à faire à la municipalité dans cette histoire. »

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média