Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

16 avril 2022

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Échange corsé entre Méganne Perry Mélançon et le ministre des Finances sur le « Far West » immobilier

POLITIQUE PROVINCIALE

Méganne

©Photo Capture d'écran

La députée de Gaspé, Méganne Perry Mélançon s'est adressée au ministre Éric Girard pendant la période de questions à l'Assemblée nationale.

La députée de Gaspé, Méganne Perry Mélançon a sommé le ministre des Finances, Éric Girard d'en faire davantage pour contrôler la flambée des prix sur le marché immobilier.

Selon la députée, la spéculation immobilière, le phénomène des « flips » de maisons, la surenchère et le manque de logements estimé à environ 100 000 au Québec refroidissent les ardeurs de plusieurs personnes de la jeune génération à accéder à la propriété. « Avec regret, on ne peut pas dire que le gouvernement en fait suffisamment. J'espère qu'il ne minimise pas la colère des jeunes sur l'enjeu de l'habitation car c'est toute une génération de Québécois qui subit les effets d'un marché immobilier hors de prix. La spéculation immobilière est un véritable enjeu. »

Questionné à savoir comment il entendait s'attaquer à ce phénomène, le ministre Éric Girard a répondu qu'il était d'accord sur l'importance de traiter le sujet. « La demande est extrêmement forte, notamment en raison de la pandémie qui a provoqué un désir d'avoir plus d'espace. Également, on a mis les taux d'intérêt à 0%, ce qui a stimulé la demande. »

Éric Girard a rappelé qu'il y avait eu une hausse de mises en chantier de 50 % au Québec dans le secteur privé l'an dernier et que le gouvernement caquiste avait financé les 15 000 unités de logements sociaux qui avaient été promises. « Nous avons aussi resserré les règles hypothécaires et les règles de déontologie des courtiers et la Banque du Canada a haussé ses taux d'intérêt, ce qui devrait tempérer la demande. On devrait donc voir le marché s'équilibrer. »

Insatisfaite de la réponse du ministre, la députée de Gaspé a décrié l'attitude détachée d'Éric Girard face à cette crise du logement, lui reprochant de répéter les mêmes phrases sans apporter davantage de solutions. « Il répète qu'il ne faut surtout pas soutenir la demande en aidant les premiers acheteurs, que Montréal est moins pire que Vancouver. Bref, il reste passif pendant que les spéculateurs sont hyperactifs et dopent le marché immobilier. Va-t-il enfin intervenir dans ce "Far West" immobilier"? »

Devant une deuxième réponse similaire de son homologue, Méganne Perry Mélançon y est allée de ses propres suggestions en proposant de favoriser la construction, créer une taxe anti-spéculation ou faire diminuer le prix du bois. « Il y a plusieurs façons d'agir sur l'offre puisque le gouvernement ne veut rien faire sur la demande. Or, rien faire n'est plus une option. »

Éric Girard a rappelé à la députée que le gouvernement travaille à l'enrichissement collectif par des mesures pour la main d-d'oeuvre et stimuler productivité. « Le Québec représente 23 % du Canada alors que nous ne sommes que 20 % de son économie. C'est pourquoi on travaille à créer de la richesse et on va continuer à travailler sur l'offre car si on continue à s'attaquer à la demande, on ne fait rien pour aider le marché », a-t-il conclu.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média