Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

07 avril 2022

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Protection du caribou : rien pour rassurer la députée de Gaspé

GASPÉ

Méganne Perry Mélançon

©Jean-Philippe Thibault - L'Avantage Gaspésien

Méganne Perry Mélançon.

Deux mois après sa sortie conjointe avec le député de Matane-Matapédia concernant leur inquiétude face au déclin de la population de caribous et des mesures mises en place pour sa protection, Méganne Perry Mélançon constate avec inquiétude ce qu’elle qualifie de désengagement du gouvernement du Québec dans le dossier, et la menace de plus en plus imminente d’action du gouvernement fédéral.

Le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs annonçait hier que la capture et la mise en enclos des femelles gestantes a été annulée cette année en raison du couvert de neige trop épais pour assurer l’étanchéité des infrastructures sur les monts Albert et McGerrigle. Il ne reste présentement qu’entre 32 et 36 caribous dans les Chic-Chocs selon le dernier recensement. Il s’agit de la seule population au sud du fleuve Saint-Laurent.

Pour sa part, le ministre fédéral de l’Environnement Steven Guilbeault a indiqué en début de semaine que sa patience avait ses limites et qu’il comptait agir incessamment si Québec n’intervenait pas rapidement. « Je vais devoir m’assurer que je respecte mes obligations législatives en ce qui a trait aux espèces en péril », a-t-il fait valoir par courriel à Radio-Canada. Le caribou montagnard de la Gaspésie est désigné comme espèce menacée depuis 2009 au Québec et en voie de disparition depuis 2003 au Canada. Le ministre fédéral de l’Environnement pourrait agir par décret d’urgence en vertu de la Loi sur les espèces en péril, comme il l’avait fait avec la rainette faux-grillon.

Pour la députée de Gaspé, il faut agir rapidement afin d’éviter que le gouvernement ne prenne ce dossier en main unilatéralement, indiquant au passage que la protection du caribou est une responsabilité partagée. « Les acteurs économiques qui auront à s’ajuster devront être accompagnés par le gouvernement dans cette transition. Bien qu’il n’ait pas précisé sa pensée, les mesures mises de l’avant par le ministre Guilbeault pourraient toucher les coupes forestières, ce qui ne doit pas se faire à n’importe quel prix », estime Méganne Perry Mélançon.

Elle se dit aussi désolée que le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, n’ait selon elle pas pris au sérieux la menace du fédéral et ait préféré attendre. « Après deux reports de la Stratégie par le ministre, voilà où nous en sommes aujourd’hui : tout près d’une intervention fédérale », ajoute-t-elle.

Rappelons que la première consultation de la Commission indépendante sur les caribous forestiers et montagnards se tiendra à Sainte-Anne-des-Monts ce 12 avril. La députée espère que ces rencontres permettront de considérer l’ensemble des impacts et des besoins socioéconomiques des scénarios proposés, puisque les mesures de protection auront des conséquences sur le développement socioéconomique de la Haute-Gaspésie.

Plus tôt cette année, un document commandé par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs indiquait que la principale menace au maintien et à l’autosuffisance des populations de caribous forestiers et montagnards était l’altération de l’habitat associée aux perturbations anthropiques causées principalement par l’aménagement forestier au Québec. Méganne Perry Mélançon suggère incidemment que des compensations financières puissent être versées aux entreprises forestières, puisque celles-ci risquent d’être les premières affectées lorsque des actions gouvernementales seront prises.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média