Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

21 mars 2022

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

La famille d'un adolescent mordu par un chien à Cap-Chat réclame des actions immédiates

BLESSURES IMPORTANTES

Morsures

©Photo Gracieuseté

Le fils de Sonia St-Pierre a séjourné à l'hôpital pour y soigner de multiples blessures.

La maman d'un jeune adolescent de 14 ans mordu violemment par un chien demande à ce que des actions immédiates soient prises pour neutraliser l'animal qu'elle estime être très dangereux pour autrui.

Sonia St-Pierre se souviendra longtemps de la journée du 15 février. Elle se rend avec ses enfants chez un ami où se retrouvent trois chiens de deux propriétaires différents, soit celui de son ami et l'autre appartenant à une femme. Alors que la visite devait être banale et sans histoire, l'inimaginable se produit. « J'étais à l'extérieur avec mon ami alors que mes enfants étaient à l'intérieur. Lorsqu'ils sont sortis de la maison pour venir me rejoindre au garage, le chien de la dame a sauté sur mon fils. Le deuxième chien, celui de mon ami a aussi participé à l'agression. C'est ma fille qui est intervenue pour les enlever de là », explique-t-elle.

Puisque la propriétaire du chien, qui était présumément fautif, était absente au moment des événements, elle a été contactée pour qu'elle vienne chercher son animal. Pendant ce temps, l'adolescent était transporté d'urgence à l'hôpital de Sainte-Anne-des-Monts puis transféré à Maria pour y soigner plusieurs blessures aux deux bras, à la main et dans le bas du dos.

Morsure chien attaque

©Photo Gracieuseté

Morsures

©Photo Gracieuseté

Selon Sonia St-Pierre, le chien qui aurait agressé son enfant serait dangereux et incontrôlable. « Même si ce n'est pas l'avis de sa propriétaire, il y avait deux témoins lors de l'agression et son chien avait du sang au bord des lèvres après avoir attaqué mon fils. Pour moi, c'est inconcevable que ce chien soit toujours en liberté après toutes ces semaines. »

Selon sa mère, l'adolescent devra subir des traitements de physiothérapie en raison des douleurs au bras et des séquelles psychologiques sont déjà apparentes. « Il a peur que les plaies ouvrent et que ça se remette à saigner. Ce qui est dommage c'est que lorsqu'il a été attaqué, il ne s'attendait pas à ça puisqu'il connaissait ces chiens. Il n'était pas méfiant et ce n'est pas du tout le genre de garçon à les provoquer. On ne comprend toujours pas ce qui a poussé les chiens à s'en prendre à lui. »

L'histoire ne s'arrête  pas là. La Sûreté du Québec a été mise au fait des événements, mais son champ d'action est très limité. Toutefois, la responsabilité revient à la municipalité où s'est produite l'agression de prendre l'animal en charge, soit Cap-Chat dans ce cas-ci. « Nous avons de la difficulté à comprendre pourquoi ça prend autant de temps à réagir », poursuit la mère de l'adolescent.

Le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation qui chapeaute tout ce qui touche aux animaux domestiques confirme qu'une municipalité a la responsabilité de A à Z en ce qui a trait à ce type d'événements. « Une municipalité peut exiger une évaluation comportementale de l'animal par un vétérinaire, demander à ce qu'un chien soit retiré de la garde de son propriétaire et il peut même exiger l'euthanasie de l'animal si elle juge que celui-ci est dangereux pour autrui. La municipalité doit alors, elle-même, ou par l'entremise d'un refuge ou d'une personne compétente pour intervenir auprès du chien dangereux pour faire exécuter la décision », explique une porte-parole du Ministère.

Du côté de la Ville de Cap-Chat, on confirme être bien au fait du dossier. « Nous avons effectivement la responsabilité d'appliquer le règlement. Nous voulons faire les choses correctement donc une résolution a été adoptée par le conseil de ville pour ordonner aux propriétaires d'amener leur chien chez un vétérinaire pour une évaluation comportementale. À la lumière des résultats, nous prendrons les mesures appropriées. »

Un problème supplémentaire qui se pose est la difficulté d'avoir accès à un vétérinaire dans la région, ce qui repousse la date de l'évaluation à la fin du mois de mars. Il faut également mentionner que les municipalités ne possèdent pas toutes les ressources nécessaires pour intervenir lors de ces situations. À cet effet, la Ville de Cap-Chat affirme qu'elle travaille également à trouver une solution plus durable pour ne pas être démunie si un autre événement du genre devait survenir.

De son côté, Sonia St-Pierre estime que le chien principal qui aurait agressé son fils aurait dû être pris en charge beaucoup plus tôt. Quant à l'autre bête impliquée dans l'incident, Sonia St-Pierre affirme que le propriétaire a pris les mesures nécessaires, ce qui comprend une muselière et une cage. « Si on était dans une grande ville comme Montréal, ce dossier serait déjà réglé », conclut la maman de l'adolescent mordu.

Morsure

©Photo Gracieuseté

Morsure

©Photo Gracieuseté

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média