Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

28 janvier 2022

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Des dentistes intéressés à s'installer à Sainte-Anne-des-Monts

MÉDECINE DENTAIRE

dent, miroir, dentiste

©Photo Gracieuseté

Des dentistes seraient intéressés à venir s'installer à Sainte-Anne-des-Monts en relève à Gaston Lepage.

Le projet de clinique dentaire de première ligne chapeauté par le CISSS-Gaspésie va bon train alors que trois dentistes ont déjà manifesté leur intérêt à venir pratiquer à Sainte-Anne-des-Monts.

En novembre dernier, une somme de 846 000 $ du ministère de la Santé avait été octroyée au CISSS-Gaspésie pour mener à terme le projet. Concrètement, il s'agissait d'acheter la clinique du Dr Gaston Lepage et de remettre à neuf les installations pour y accueillir des dentistes qui n'auraient pas à assumer le fardeau de l'aménagement d'une nouvelle clinique. Leur salaire serait aussi pris en charge par le réseau de la Santé. Le dentiste qui viendrait pratiquer à Sainte-Anne-des-Monts n'aurait pas non plus d'administration, ni de gestion de ressources humaines à faire puisqu'elles seront prises en charge par le CISSS.

Or, depuis l'annonce, trois dentistes auraient déjà levé la main et manifesté un intérêt à prendre racine à Sainte-Anne-des-Monts. Selon le maire Simon Deschênes, le principal problème est le salaire. « La grille salariale est désuète depuis 2015. Il y a actuellement des négociations entre le Ministère et l'Ordre des dentistes et une entente pourrait survenir bientôt. Lorsque ce sera fait, je crois qu'on aura de fortes chances de recruter un dentiste. »

Le maire croit que le CISSS a plusieurs leviers à sa disposition pour favoriser le recrutement. « Plusieurs arguments peuvent être mis de l'avant comme une bonification de la rémunération en fonction des besoins dans chaque région visée. Il pourrait aussi y avoir des primes associées à un stage obligatoire en région et avoir un pourcentage préétabli d'étudiants admis à la formation en dentisterie dans les universités dédiées aux régions ayant les plus grands besoins. »

Simon Deschênes continue de suivre le dossier, mais avoue qu'il ne peut pas en faire davantage sur le plan municipal. « J'ai parlé avec dentistes et j'ai apporté mes arguments à la table nationale sur les soins de santé en région éloignée. À partir de maintenant, il faut attendre les négociations et souhaiter que ça débloque favorablement pour nous. »

Parallèlement à ce projet, le maire confirme qu'il est interpellé sur d'autres corps de métier qui seront bientôt à combler dans le secteur. « On me parle beaucoup de médecine vétérinaire également. On a beaucoup de pain sur la planche, mais je demeure confiant puisque nous avons le vent dans le dos avec l'attrait pour les régions. Beaucoup de gens recherchent la qualité de vie que nous avons à offrir », conclut-il.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média