Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

27 janvier 2022

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Des subventions de 5 000$ pour chaque nouvelle unité locative en Gaspésie

NOUVEAUX LOGEMENTS

Construction Logement

©Jean-Philippe Thibault - L'Avantage Gaspésien

Le marché locatif est saturé partout en Gaspésie.

La priorité des préfets de la Gaspésie et de faciliter et d'accélérer la construction de nouvelles unités de logement pour répondre à la demande sans cesse grandissante en la matière.

C'est ce qui est ressorti de la dernière rencontre de la Table des préfets des MRC de la Gaspésie. Depuis quelques années, on observe un nouvel engouement pour les régions et la Gaspésie n'y fait pas exception. L'Institut de la statistique du Québec rapportait d'ailleurs récemment que 2 907 nouveaux arrivants s'étaient installés dans la région en 2020 et 2021. Si l'on soustrait ceux qui ont quitté la Gaspésie, on obtient tout de même un seuil migratoire positif. En Haute-Gaspésie, il s'agit d'un revirement de situation remarquable puisque la MRC affichait une perte de 101 résidents en 2019 contrairement à une hausse de 300 pour 2020-2021.

Si ce solde migratoire positif est encourageant, notamment pour contrer la pénurie de main-d'œuvre, il présente aussi un défi de taille puisque l'offre de logement atteint un point de saturation. C'est dans cette optique que la Table des préfets s'est entendue pour utiliser une enveloppe de deux millions de dollars pour stimuler la construction de nouveaux logements locatifs. À partir du 1er avril, les promoteurs pourront déposer un projet et recevoir une subvention de 5 000 $ par unité locative jusqu'à concurrence de 100 000 $.

Pour le président de la Table des préfets, Mathieu Lapointe, le besoin est criant et immédiat. « Le taux d'inoccupation est actuellement à 0 % partout sur le territoire. Avec le projet que nous déployons, nous avons réservé deux millions, dont l'équivalent de 80 portes parc MRC. Nous allons voir la réponse et nous sommes prêts à bonifier l'enveloppe au besoin. »

Cet incitatif à l'investissement pour les promoteurs découle du faible intérêt pour ces derniers à se lancer dans de grands projets dont la rentabilité n'est pas suffisamment intéressante à court terme. « Une étude avait révélé que les entrepreneurs recherchent une rentabilité sur 10 à 12 ans alors qu'elle est davantage de 18 à 20 ans en région contrairement aux centres urbains. Pour avoir un modèle d'affaires intéressant pour les entrepreneurs, le prix des loyers devrait être trop élevé. Considérant la mise de fond importante qu'ils doivent investir, la rentabilité arrive trop tard, donc ils préfèrent se tourner vers d'autres avenues », poursuit Mathieu Lapointe.

Par ailleurs, ce projet de la Table des préfets connaîtra un plus grand succès si les municipalités emboîtent le pas. Celles-ci sont donc invitées à y aller de leurs propres incitatifs pour rendre la construction de logements plus alléchante aux promoteurs. Parallèlement à cette initiative de subvention à la porte, l'idée est aussi de complémenter l'offre de logement par du logement communautaire, des résidences étudiantes et en adaptant la réglementation sur le phénomène de type Airbnb.

Quant à savoir si la vague d’immigration vers les régions risque de s'essouffler, Mathieu Lapointe n'y croit pas. « Les indicateurs que nous avons semblent indiquer que le phénomène va se poursuivre même s'il a été particulièrement intense pendant la pandémie. Chose certaine, avec le taux d'inoccupation actuel à 0 %, le besoin est là », conclut Mathieu Lapointe.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média