Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

13 janvier 2022

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Record de nouveaux arrivants en Gaspésie

GASPÉSIE

Percé Hiver

©Jean-Philippe Thibault - L'Avantage Gaspésien

à peu près toutes les MRC ont profité de la manne. Le solde positif varie entre 200 et 290 nouveaux arrivants, selon les secteurs.

Parmi les gagnants, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine, qui ont encore une fois tiré leur épingle du jeu pour attirer de nouveaux arrivants en 2020-2021. Pendant ce temps, Montréal subissait des pertes nettes de 48 300 personnes dans ses échanges migratoires avec les autres régions administratives; son plus lourd déficit depuis que les données sont disponibles, au début des années 2000.

Toutes proportions gardées, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine arrivent au 4e rang quant au taux net de migration interrégionale, à 1,50%. En valeur absolue, le tout se concrétise par un solde positif de 1 378 nouveaux arrivants, selon les chiffres dévoilés ce matin par l’Institut de la statistique du Québec. Il s’agit du meilleur résultat depuis la compilation des données par l’ISQ.

Dans les faits, la région en a accueilli bien davantage. Deux fois plus, en fait, soit 2 907 personnes qui sont arrivées des autres régions. Il faut cependant calculer celles qui ont décidé de partir, d’où ce nombre de 1 378 nouveaux arrivants. En comparaison, ce solde migratoire était de +681 l’an dernier, de +131 l’année précédente et de -369 en 2013-2014. Les données actuelles ont de quoi en réjouir plusieurs, dont la Stratégie régionale Vivre en Gaspésie, qui planche spécifiquement à attirer des nouveaux venus dans la région et à assurer leur intégration. « Nous étions confiants à l’idée que la région enregistre un autre bilan migratoire positif, mais cette nouvelle est époustouflante, analyse le directeur Danik O’Connor. Ces données sont le reflet de nos constats sur le terrain et de l’indéniable engouement pour le mode de vie gaspésien qui persiste avec les années. »

Fait intéressant, à peu près toutes les MRC ont profité de la manne. Le solde positif varie entre 200 et 290 nouveaux arrivants, selon les secteurs (voir tableau). Il faut dire que les décisionnaires se sont donné le moyen de leurs ambitions en favorisant les initiatives pour promouvoir la région. En août, la Stratégie Vivre en Gaspésie a récolté la part du lion de l’enveloppe de 4,1 millions de dollars provenant du Fonds régions et ruralité, se voyant attribuer une somme de tout près de 3 millions pour la période 2021-2025.

Selon Mathieu Lapointe, président du Regroupement des MRC de la Gaspésie, ces récentes statistiques sont la preuve que les efforts déployés pour renverser la tendance démographique mènent à des résultats concrets. « En 2017, la région s’est concertée et a choisi de s’attaquer à l’enjeu de la démographie en priorité. C’est à partir de ce moment que les décideurs ont appuyé la Stratégie Vivre en Gaspésie dans la concrétisation de son plan d’action, et les données démographiques subséquentes nous prouvent que ce choix était et continue d’être judicieux. »

 

Solde net de migration interrégionale, 2020-2021
  2017 2018 2019 2020 2021
Rocher-Percé 38 -18 40 54 232
La Côte-de-Gaspé 92 102 22 128 238
Haute-Gaspésie -18 -18 -101 87 213
Avignon -11 65 70 88 290
Bonaventure -21 13 -20 160 202
Les Îles 42 94 120 164 203
TOTAL 122 238 131 681 1378

Population en hausse

 

Parallèlement, malgré un taux de décès supérieur au taux de naissance, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine ont tout de même enregistré une hausse significative de leur population. Cette dernière est passée de 90 721 à 92 072, entre 2020 et 2021. Il s’agit d’une augmentation de 14,8 ‰ (à ne pas confondre avec %).

L’ISQ rappelle que le rythme de croissance a été supérieur à celui de la plu­part des autres régions du Québec. À ce chapitre, la région se classe au 5e rang, derrière le Centre-du-Québec, l’Estrie, Lanaudière et les Laurentides, qui est en tête de file à 23,9 ‰ d’accroissement annuel. « Cette situation est unique pour la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, dont la population enregistrait généralement des baisses depuis 1986-1987 », note l’ISQ dans son rapport d’analyse.

Les causes

 

Mais pourquoi donc choisir la Gaspésie, les Îles-de-la-Madeleine ou plus globalement les régions en général? Dans son portait, l’ISQ propose quelques pistes, dont l’accélération du déploiement du télétravail en raison de la pandémie. Bien que l’attrait de la Gaspésie pour la population québécoise était présent avant la pandémie, le contexte semble avoir remis en perspective plusieurs éléments, dont la volonté de revenir à l’essentiel et l’urgence de vivre. « C’est exactement ce que la Gaspésie propose avec ses connexions humaines, son authenticité et son immense territoire naturel, ajoute Danik O’Connor. Ce n’est pas surprenant d’assister à cet engouement inégalé et à l’accélération de projets de migration dans la dernière année. »

Rappelons aussi que la région s’est récemment classée en tête de liste selon l’indice du bonheur léger comme étant la région la plus heureuse du Québec.

Salaire moyen également en hausse

 

Il n’y a pas que la population qui a augmenté en Gaspésie : le salaire horaire moyen également. Ce dernier est passé de 24,51$ à 26,58$ de l’heure, en hausse de 8,5%. C’est encore loin de la moyenne québécoise qui se situe à 28,81$, mais c’est légèrement mieux que la région voisine du Bas-Saint-Laurent, qui se situe à 26,08$. Les deux régions se sont partagé « l’avance » au fil des ans, le salaire horaire moyen ayant été supérieur en Gaspésie 7 fois en 12 ans.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média