Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

04 novembre 2021

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Une toute dernière messe à l'église de Rivière-à-Claude

DÉSACRALISATION

Église Rivière-à-Claude

©Photo Gracieuseté - Allen Cormier

L'église Saint-Évagre de Rivière-à-Claude a été vendue à un particulier après avoir été un lieu de culte pendant près de 90 ans.

Un peu plus de 90 ans après sa construction en 1927, les citoyens de Rivière-à-Claude ont dit adieu à leur église lors d'une dernière messe.

Bien qu'elle fut construite en 1927, c'est en 1934 que l'église a été érigée canoniquement par Mgr François-Xavier Ross. Jusqu'à dimanche dernier, l'église accueillait encore des paroissiens, mais en plus petit nombre. On estime que l'affluence était d'environ douze fidèles, ce qui n'était évidemment pas suffisant pour assurer la survie du bâtiment.

C'est pourquoi la Fabrique en est finalement venu, à contre-cœur, à la décision de vendre l'église Saint-Évagre et d'y célébrer une toute dernière messe. L'évêque du diocèse de Gaspé, Mgr Gaétan Proulx, a procédé lui-même à la désacralisation de l'église qui s'est traduite par une cérémonie officielle incluant le retrait des hosties du tabernacle et tout autre objet sacré. À la toute fin, Mgr Proulx a fermé l'église avec la clé officielle de l'église, mettant fin à toute activité religieuse dans ce lieu. Les cloches ont aussi retenti pour une dernière fois.

Une centaine de personnes étaient présentes pour cette dernière célébration eucharistique qui était fort symbolique pour les citoyens de Rivière-à-Claude. Des anciens citoyens habitant maintenant à Sainte-Anne-des-Monts, Mont-Louis et les alentours étaient aussi venus pour l'occasion. On a d'ailleurs chaudement applaudi les derniers mots de l'évêque à sa sortie de l'église.

Le président de Fabrique et maire de Rivière-à-Claude, Réjean Normand, avoue que la cérémonie a été particulièrement émotive puisque plusieurs événements proches de lui y ont été célébrés. « Mon père s'est marié ici, les sept enfants ont suivi et même ma femme qui vient de Marsoui a été baptisée à Rivière-à-Claude. Quant à moi, j'ai été à l'école dans la sacristie », évoque-t-il.

La décision de vendre l'église n'a pas été facile. Il aura fallu deux assemblées de Fabrique avant d'en arriver à un consensus même si le scénario était prévisible. « J'en parlais déjà aux paroissiens depuis un bon bout de temps. On voyait les fonds baisser année après année. On a réussi à entretenir l'intérieur, mais les coûts étaient trop élevés pour répondre aux critères demandés, spécialement pour l'extérieur de l'église. »

La prochaine étape sera de retirer tous les articles sacrés de l'église avant que le nouveau propriétaire en prenne possession. Ce dernier pourrait d'ailleurs donner un nouveau souffle à la municipalité puisqu'il est question d'en faire un commerce, mais le tout reste à confirmer.

Le préfet sortant de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, était présent pour la dernière célébration. « C'était un moment empreint d'émotions. On entendait les gens se remémorer des événements maquants de leur vie, que ce soit des mariages, des baptêmes ou même des funérailles. C'était touchant d'être là pour cette dernière messe. »

Église Rivière-à-Claude

©Photo Gracieuseté

Allen Cormier, Mgr Proulx, Réjean Normand et l'abbé Victor Djossou.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média