Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élection municipale

Retour

27 octobre 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Un débat à la préfecture animé à Sainte-Anne-des-Monts

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2021

Débat

©Photo Vicky Fortin - L'Avantage Gaspésien

Guy Bernatchez, Allen Cormier, Jacques Mimeault et Maxime Esther Bouchard (en visioconférence) ont croisé le fer à l'occasion du seul débat dans la course à la préfecture de la Haute-Gaspésie.

C’était soir de débat mardi soir au Club des 50 ans et plus de Sainte-Anne-des-Monts alors que Guy Bernatchez, Jacques Mimeault, Allen Cormier et Maxime Esther Bouchard ont croisé le fer en vue d’obtenir l’appui populaire pour la préfecture de la Haute-Gaspésie.

Pendant 90 minutes, les candidats ont débattu sur une foule d’enjeux, allant de l’occupation du territoire au manque de logements et de main-d’œuvre, en passant par l’arrivée de nouveaux arrivants, l’amélioration des soins de santé et de services sociaux ou encore le développement touristique, la gouvernance des municipalités et l’érosion des berges.

Dans l’ensemble, le débat a été respectueux et sans grands débordements, malgré quelques attaques envers le préfet sortant Allen Cormier. Guy Bernatchez a notamment parlé de « manque flagrant de leadership » pour faire avancer certains dossiers comme l’implantation de services de dentisterie et les horaires de faction des paramédics « Ce n’est pas normal que la population ne sait pas ce que fait un préfet. Je ne me présente pas par dépit, mais par conviction. Je veux travailler à temps plein au développement de mon coin de pays », a lancé celui qui s’est aussi présenté comme candidat bloquiste aux plus récentes élections fédérales.

Le préfet sortant a, pour sa part, indiqué être fier du travail accompli et que la situation n’a jamais été aussi enviable que maintenant en Haute-Gaspésie. « Ce n’est pas un prix de consolation la préfecture. Les gens sont heureux et la population est en hausse. Nous sommes rendus à la croissance », rétorque Allen Cormier.

Allen Cormier

©Photo Vicky Fortin - L'Avantage Gaspésien

Le préfet sortant, Allen Cormier.

Guy Bernatchez

©Photo Vicky Fortin - L'Avantage Gaspésien

Le candidat Guy Bernatchez

De son côté, Jacques Mimeault a mis de l’avant l’importance d’une concertation sur la politique sociale entre la MRC et le CISSS. « Il faut que le monde municipal retrouve son rapport de force. En santé, ça prend une vision régionale et la décentralisation est un mot que l’on va entendre souvent dans les quatre prochaines années », indique l’ex-syndicaliste, qui compte bien tirer son épingle du jeu des 5000 emplois que veut envoyer la CAQ vers les régions.

L’entrepreneure Maxime Esther Bouchard a quant à elle concentré ses efforts une bonne partie de la soirée à parler de « la perdition » de la route 132 et pour mettre de l’avant le projet Liberté-Nation. « C’est le seul projet qui puisse permettre à nos 17 régions d’obtenir le statut d’État autonome, uni et fédéré avec un parlement, un gouvernement et des tribunaux au sein de la République fédérale du Québec. »

La récurrence du propos a semblé irriter quelque peu Jacques Mimeault. « Allez-vous parler de Liberté-Nation toute la soirée ou finir par parler de préfecture? », a-t-il lancé à l’endroit de Maxime Esther Bouchard, qui était la seule à ne pas être sur place physiquement, n'étant pas adéquatement vaccinée.

Débat d’idées

Parmi les autres points avancés par les candidats, Allen Cormier a laissé entrevoir la possibilité de travaux de réfection de 7,5 millions de dollars à la résidence près de l’école Gabriel-Le Courtois, ce qui créerait 43 chambres pour de nouveaux arrivants. Le préfet sortant a par ailleurs signifié que d’autres dossiers majeurs pourraient se conclure bientôt. « J’ai rencontré le ministre Dubé [Santé et Services sociaux] et nous sommes très proche d’une annonce très positive en dentisterie et aussi pour les paramédics ». Il veut aussi travailler sur des crédits d’impôt pour le retour de jeunes en régions, des incitatifs pour celui des aînés au travail et le développement du ski hors-piste.

Jacques Mimeault veut quant à lui mettre sur pied une politique du logement privé et social, tout en résorbant le problème de logements dans chaque village. Il espère accueillir en Haute-Gaspésie 150 familles sur les 5000 emplois décentralisés promis par la CAQ, lançant au passage une flèche envers Allen Cormier. « Il faut penser à nos aînés qui veulent rester dans leur village et miser sur la décentralisation. On n’a pas eu de leadership pour des logements comme à Gaspé qui a fait adopter une loi privée. » Allen Cormier s’en remet à ce sujet à Québec qui selon lui devrait adopter un projet de loi qui permettrait à toutes les municipalités d’offrir des incitatifs à la construction de nouveaux logements. « Dommage par contre qu’il faut attendre une campagne électorale pour en parler », a ironisé Guy Bernatchez.

Maxime Bouchard

©Photo Gracieuseté

Jacques Mimeault

©Photo Vicky Fortin - L'Avantage Gaspésien

Le candidat Jacques Mimeault.

Au fil de la soirée, ce dernier a dit vouloir mettre des terrains à la disponibilité des citoyens pour stimuler la croissance démographique, développer davantage d’infrastructures de sports et de loisirs pour développement un sentiment d’appartenance, aller voir les classes de finissants universitaires pour pallier le manque de soins de santé spécialisés, implanter des hygiénistes dentaires dans les CLSC, faire participer les directeurs généraux de chaque municipalité à l’échange des idées, démocratiser la pêche sportive sur le fleuve Saint-Laurent ou encore trouver une image de marque pour le tour de la Gaspésie, à l’instar de la Cabot Trail en Nouvelle-Écosse. « Il faut qu’on se démarque. On vit dans le plus beau coin de pays au monde alors il faut que ce soit un plus »

Enfin, Maxime Esther Bouchard aimerait qu’une université voit le jour en Gaspésie, que 150 programmes de DEP soient disponibles dans l’ensemble de la région – dont 50 en Haute-Gaspésie – voir davantage de médecine sans rendez-vous et faire pousser encore plus de microentreprises. « Il faut construire une université. Nous n’avons toujours rien en 2021. Et il faut offrir des emplois à bon salaire. »

Celle qui se bat contre La Martre depuis plus de 6 ans pour faire réparer le chemin qui mène à son complexe récréotouristique a maintes fois répété les grandes lignes du projet Liberté-Nation et de l’importance d’entretenir les routes, dont la 132. Elle a aussi fait réagir les candidats et l’assistance en demandant de meilleurs journalistes en Haute-Gaspésie, en réponse à une question à propos des outils de gouvernance à développer pour mieux équiper les municipalités.

La parole aux aînés

Alors que le débat tirait à sa fin, la présidente du Club des 50 ans et plus, Huguette Blanchard, a pris la parole pour demander aux candidats ce qu'ils entendaient faire pour les aînés. « Nous sommes presque 500 membres dynamiques. Nous desservons minimum 200 personnes avec nos activités hebdomadaires. Je ne sais pas encore pour qui voter parce que le sujet des aînés n'a pas été abordé. »

Guy Bernatchez a rappelé qu'il a rendu la salle des loisirs disponible gratuitement pour les 50 ans et plus à Mont-Louis que la MRC a travaillé sur sa politique Municipalité amie des aînés. « Si je suis élu, je vais vous épauler à 110 %. Vous êtes nos bâtisseurs. »

Allen Cormier a pour sa part rappelé que le dossier de l'accessibilité à l'ophtalmologie provient des aînés annemontois. « Nous en sommes aussi dans la phase 2 de la politique Municipalité amie des aînés et on va établir des actions dans chacune des communautés pour améliorer votre mieux-être. »

Du côté de Jacques Mimeault, il a indiqué que le développement social qui est son cheval de bataille se veut inclusif. « Quand je parle de disponibilité de logement, je pense à nos aînés qui doivent casser maison. La majorité des gens que j'ai rencontrés aux 300 portes où j'ai été cogner pendant la campagne avaient 50 ans et plus. Vous êtes très présents dans ma plateforme et c'est important de vous entendre. »

Finalement, Maxime Esther Bouchard a parlé des services de proximité pour que les aînés puissent rester à la maison chez eux, de transformer les hôtels de ville en bâtiments intergénérationnels advenant une fusion des villages. « J'aimerais aussi que la carte d'assurance-maladie soit reliée au compte de banque pour recevoir directement le remboursement des frais de déplacement. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média