Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

20 octobre 2021

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Deux étudiants matanais en résidence artistique à Marsoui

RÉSIDENCE DE CRÉATION ARTISTIQUE

Marvin et Clément

©Photo Gracieuseté

Les étudiants, Marvin Serandrei et Clément Brochet, pendant leur résidence de création à Marsoui.

Clément Brochet et Marvin Serandrei, deux étudiants en photographie du Cégep de Matane, ont pu profiter d'une résidence artistique de dix jours grâce à nouveau partenariat avec le Salon58 de Marsoui.

Les deux jeunes photographes en herbe ont aussi pu profiter de l'ambiance créative du Salon58 situé en pleine nature dans la petite municipalité de Marsoui, encadrés par la directrice artistique de l'endroit, Priscilla Guy.

C'est d'ailleurs au terme d'une mise en candidature que les noms de Clément et Marvin ont été sélectionnés par un jury pour faire partie de cette résidence. « J'avais une petite idée de ce qu'était une résidence, mais je nageais quand même dans l'inconnu, confie Clément Brochet. Heureusement, nous avions une enseignante en photographie, Geneviève Thibault, et une technicienne en documentation, Anick Arsenault, qui nous ont soutenus dans cette démarche. »

Il y a donc eu beaucoup de réflexion sur le type d'artiste et de photographe qu'il voulait devenir et sur ce qui allait le définir en tant que photographe. Clément a donc fait beaucoup de lecture, a regardé nombre de photos d'autres artistes et s'est inspiré de la nature qu'il l'entourait pour croquer des photos et en arriver avec une proposition. « Je veux prendre des photos empreintes d'activisme sans que ce soit nécessairement avec des manifestants et des pancartes. J'ai donc pris une série d'autoportraits nus dans la nature où on présente un personnage humain en miniature, ce qui fait contraste avec comme l'homme se perçoit habituellement, c'est-à-dire comme l'espèce suprême qui domine son environnement. »

L'idée était donc de placer l'humain dans un contexte de vulnérabilité, sans armes, sans vêtement, où il n'est qu'un élément de tout un écosystème. Pour le jeune photographe, des thèmes comme les enjeux LGBTQ+, le rapport aux réseaux sociaux et la superficialité sont tous des thèmes qu'il veut exprimer à travers son art.

Pendant son séjour, Clément Brochet a visité plusieurs endroits qui l'ont inspiré à réaliser sa série d'autoportraits. « J'ai été aux mines à Murdochville, dans le Parc de la Gaspésie, au Lac-aux-Américains et à Marsoui. Pour moi, il était essentiel que je sorte tous les jours pour aller prendre des photos sinon je déprime. »

Quant à son collègue, Marvin Serandrei, sa démarche artistique s'est traduite par un questionnement sur les rapports entre la mort et la photographie, mais aussi une ode à la vie comme en témoigne une série de photographies de mains croquées à différents âges. Le photographe a ainsi utilisé différents procédés tel le flou, tout en nuançant entre la l'imperfection et la beauté.

Le séjour s'est terminé par une présentation devant public du fruit de leur résidence de création. La prochaine étape sera de diffuser plus largement le travail des deux étudiants. Le tout pourrait se décliner par l'impression d'un livre de photos ou encore d'une exposition. Quant au partenariat avec le Salon58, on entend le renouveler pour une année additionnelle.

Clément Brochet

©Photo Gracieuseté Clément Brochet

Un autoportrait réalisé par Clément Brochet.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média