Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

20 juillet 2021

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Une nouvelle clinique vétérinaire pourrait voir le jour en Haute-Gaspésie dès 2022

SOINS VÉTÉRINAIRES

Valérie Prince

©Photo Gracieuseté

Valérie Prince est à l'origine de cet ambitieux projet qui pourrait voir le jour en 2022.

Des démarches sont actuellement en cours pour l'implantation d'une nouvelle clinique vétérinaire qui aurait pour objectif de desservir la Haute-Gaspésie et une partie de La Matanie.

L'instigratrice de ce projet est la technicienne en santé animale, Valérie Prince, qui travaille actuellement dans une clinique à Montréal. Ayant sa sœur qui habite à Cap-Chat, l'occasion de se rapprocher de sa famille la séduisait, surtout que les services vétérinaires se font rares dans ce coin de pays. L'idée serait donc d'ouvrir une clinique, soit à Cap-Chat ou à Sainte-Anne-des-Monts pour desservir la Haute-Gaspésie qui bénéficie actuellement de la présence du Dr Alain Chénard à raison d'une seule journée par semaine.

D'ailleurs, selon la principale intéressée, le dialogue est déjà ouvert avec Dr Chénard qui est propriétaire de la Clinique vétérinaire de Matane pour un éventuel partenariat. Pour Valérie Prince, il est clair que le besoin est là et que la clientèle serait au rendez-vous. Rappelons que la Clinique vétérinaire de Matane est à la recherche d'un nouveau vétérinaire depuis le départ de Dr Pierrette Mercier il y a déjà un an.

Chose certaine, la première étape à franchir est d'abord de dénicher un vétérinaire prêt à venir s'installer en Haute-Gaspésie. À cet effet, Valérie Prince se montre confiante. « Il y a des options intéressantes. J'ai déjà eu des discussions avec certains vétérinaires et je dois en rencontrer d'autres, mais je ne crois pas que ce sera trop difficile d'en trouver un pour venir en Haute-Gaspésie », affirme-t-elle.

Par ailleurs, si le scénario privilégié ne se concrétise pas dans les délais souhaités, Valérie Prince est convaincue qu'elle pourrait attirer des vétérinaires en alternance, sur une base intérimaire en attendant de trouver une solution permanente. « Ça pourrait être le scénario pour la première année puisque j'ai déjà pratiquement la confirmation qu'on pourrait avoir un vétérinaire à temps plein dès l'année suivante, soit en 2023. »

À la recherche de financement

Pour réaliser le projet, Valérie Prince doit évidemment trouver du financement puisque n'ouvre pas une clinique vétérinaire qui veut. La principale intéressée estime qu'une rondelette somme d'au moins 200 000 $ est nécessaire pour acquérir tous les équipements et aménager le local pour lancer les activités. À cet effet, des démarches sont en cours avec le CLD de la Haute-Gaspésie ainsi que entreprises gravitant autour de l'univers animal. Une éventuelle campagne de sociofinancement sera aussi lancée pour demander le soutien de la population dans cette aventure.

Si tout se déroule comme prévu, la clinique vétérinaire pourrait ouvrir ses portes dès septembre 2022.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média