Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

05 juillet 2021

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Un huitième roman pour le Matanais Gérald Tremblay

LITTÉRATURE QUÉBÉCOISE

Gérald Tremblay

©Photo Gracieuseté

L'auteur Gérald Tremblay présente un huitième roman en carrière avec la sortie de « La nuit des coyotes ».

L'auteur matanais, Gérald Tremblay, vient de lancer son plus récent roman intitulé « La nuit des coyotes », son 8e ouvrage en carrière publié aux éditions GID.

Aux dire de l'auteur maintenant âgé de 73 ans, une grande partie de « La nuit des coyotes » est autobiographique et relate un pan de l'histoire du Québec qui a marqué l'imaginaire de plusieurs avec ce qu'on appelait aussi la révolution psychédélique. « C'est l'expérience du retour à la terre des années 70 que j'ai vécu avec ma conjointe où nous avions un élevage de chèvre. C'était aussi tout le contexte de la crise d'octobre et du FLQ que l'on fuyait. Je voulais raconter l'histoire contemporaine de cette génération. »

Le roman commence justement alors que le protagoniste principal du livre revient du Mexique. Il se trouve alors que des coyotes l'ont suivi jusqu'au Québec. « Ils sont une métaphore de la solitude et du combat que les gens de l'époque ont vécu avec ce retour à la terre, ce qu'on appelait alors les Communes », explique Gérald Tremblay. Le roman revisite ainsi une partie de l'histoire alors qu'ils étaient nombreux à prôner un Québec libre et un « pays parallèle » en région. Bref, l'idéal que s'était imaginé l'écrivain-fermier, personnage principal du roman, se transformera en un chemin rempli d'obstacles à surmonter à commencer par la faune locale qu'il devra apprivoiser ainsi que les difficultés à fonder une famille.

En complément à « La nuit de coyotes », l'auteur Gérald Tremblay a voulu donner une voix à une génération de personnes de cette époque qui n'ont pas toujours pu s'exprimer comme ils l'auraient souhaité. « Ayant travaillé dans le milieu communautaire, j'ai rencontré des gens âgés qui avaient de la difficulté à s'exprimer, parfois illettrés. J'ai recueilli plusieurs témoignages car je me suis aperçu qu'ils sont plusieurs à n'avoir jamais parlé de leur vécu. Leur histoire donne un contexte social de l'époque et je jugeais important de leur donner la parole. »

C'est ainsi que « Les muets de l'histoire » ont vu le jour et viennent compléter le roman « La nuit de coyotes ». Les gens qui témoignent dans cette deuxième portion du livre deviennent ainsi les derniers représentants d'une génération. « Ils sont âgés de 70 ou 80 ans. Ils ont vécu des grandes difficultés et ont longtemps été en marge de la société. Leur vécu est en train de disparaître alors il m'apparaissait important de leur donner une voix », conclut Gérald Tremblay.

L'imposant roman de 630 pages intitulé « La nuit de coyotes » suivi de « Les muets de l'histoire » est disponible dans toutes les libraires ainsi qu'à la bibliothèque de Matane.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média