Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

14 juin 2021

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Le curé de Saint-Ulric peste contre la vente du bâtiment de l'ancienne caisse Desjardins

TRANSACTION IMMOBILIÈRE

Desjardins Saint-Ulric

©Photo Capture d'écran

Le bâtiment abritant autrefois une succursale de la Caisse Desjardins a été vendue à des intérêts particuliers.

Le curé du village de Saint-Ulric, Hermel Pelletier, s'indigne de la décision de Desjardins de vendre le bâtiment de l'ancienne caisse à des particuliers.

Hermel Pelletier a fait parvenir une lette au journal L'Avantage gaspésien dans laquelle il mentionne qu'il aurait souhaité que ledit bâtiment abrite plutôt un projet revitalisant pour la communauté. « Le gestionnaire du dossier à la Caisse de Matane m'a répondu qu'il y avait des projets sur la table qui pourraient apporter de la vitalité dans le village. J'ai donc décidé de lui laisser le champ libre avec espoir, la réalisation desdits projets si merveilleux. »

Toutefois, le souhait du curé ne s'est pas réalisé puisque ce sont plutôt des retraités qui ont fait l'acquisition du bâtiment. Bien que l'homme de Dieu n'ait rien contre le couple nouvellement installé, il ne s'agit pas, à ses yeux, du scénario escompté.  « Si la Caisse n'avait pas de projets revitalisants pour Saint-Ulric, ils auraient dû se souvenir de notre existence. Après tout, les locaux auraient pu éventuellement servir du bureau à la Fabrique ainsi que pour relocaliser notre friperie advenant la fermeture du presbytère. »

Du côté de Desjardins, on souligne que le processus de vente s'est déroulé dans le cadre d'un processus sérieux et rigoureux. « Si, parmi les personnes intéressées, certaines avaient voulu donner une vocation communautaire à l'édifice, le prix proposé aurait été considéré. La Caisse a reçu trois offres d'achat et aucune ne présentait un projet à vocation communautaire. L'offre la plus avantageuse a donc été retenue », explique le directeur général de la Caisse, Lynn Francoeur.

Si le curé Pelletier crie à l'injustice dans ce dossier pour la municipalité de Saint-Ulric, Desjardins rappelle que les profits de la vente seront réinjectés directement pour des projets communautaires dans le village. « Il s'agit donc d'un montant de plus de 100 000 $ qui permettra d'appuyer les projets de Saint-Ulric au cours des prochains mois », conclut Lynn Francoeur.

Êtes-vous satisfaits du résultat des élections fédérales de lundi dernier?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média