Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

15 mars 2021

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Pour combler le manque de main-d'œuvre, les Bâtisseurs recrutent à l'international

PÉNURIE DE MAIN-D'OEUVRE

Résidence des bâtisseurs

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

La Résidence des Bâtisseurs a recruté huit poréposés aux bénéficiaires à Madagascar.

Afin de combler les postes vacants au sein de leur résidence de Matane, les Bâtisseurs se sont tournés vers le recrutement international qui s'est soldé par l'embauche de huit préposés aux bénéficiaires.

Si la pénurie de main-d'œuvre est présente dans une majorité de sphères d'emploi, elle l'est encore plus dans le milieu des soins de santé. La Résidence des Bâtisseurs de Matane y a d'ailleurs goûté en pleine pandémie, à un moment où les préposés aux bénéficiaires étaient sollicités de toutes parts. Aujourd'hui, après deux ans de démarche, les Bâtisseurs peuvent enfin accueillir leurs premiers employés provenant de l'île de Madagascar.

Le directeur des ressources humaines au Groupe Bâtisseurs avait identifié en 2019 qu'il manquait près de 60 préposés pour l'ensemble des 16 résidences situées aux quatre coins de la province. « Nous avons fait appel à une firme de recrutement international et nous avons procédé à un premier affichage à Madagascar, question de tâter le terrain. À notre grande surprise, nous avons reçu 1 150 demandes d'emploi dès le premier tour. Après avoir étudié les candidatures, nous avons retenus 59 que nous avons embauché, en personne, à Madagascar. Il s'agit tous d'aides-soignants, soit l'équivalent de nos préposés aux bénéficiaires. »

Des conditions facilitantes

Après deux ans de démarches, l'intention est évidemment de pouvoir compter sur ces nouveaux travailleurs à long terme. C'est pourquoi tout est mis en place pour faciliter leur arrivée, leur intégration et rapidement implanter un sentiment d'appartenance à la région.

Le premier élément à avoir été mis en place est un contrat de travail fermé de deux ans, permettant aux nouveaux travailleurs malgaches de pouvoir travailler exclusivement à la Résidence des Bâtisseurs. Au terme de ce contrat, ils recevront leur résidence permanente.

Pour ce qui est de l'intégration à leur milieu, un comité a été mis en place par la Résidence des Bâtisseurs pour jumeler les Malgaches à des parrains et des marraines à l'intérieur de leur lieu de travail. Il y a également des liens qui ont été établis avec le Service d'accueil des nouveaux arrivants de Matane pour s'assurer que l'intégration se fasse aussi dans la communauté.

Finalement, Érik Roby explique qu'après leur quarantaine obligatoire à Montréal, ils seront logés à même la résidence de Matane. « Puisque nous avons encore quelques appartements disponibles, nous avons décidé de les accueillir temporairement ici, et ce, pour une durée indéterminée. »

Mais pourquoi Madagascar? Il faut se rendre à Baie-Saint-Paul pour trouver la réponse. Près de la Résidence des Bâtisseurs de l'endroit se retrouve une congrégation religieuse qui a passé plusieurs années en mission humanitaire à Madagascar. Quelques échanges avec les sœurs de la congrégation ont permis d'apprendre qu'il y avait un important bassin de travailleurs qui seraient intéressés à s'installer au Québec de façon permanente. « Contrairement au Québec, il y a un manque d'emploi là-bas et des gens qui qualifiés et diplômés dont le souhait est de trouver du travail. C'est alors que nous avons entamé nos démarches. »

Deux ans plus tard, les différentes résidences des Bâtisseurs du Québec peuvent maintenant tourner la page sur la pénurie de main-d'œuvre avec ce recrutement massif de 59 employés dont huit s'installeront de façon permanente à Matane. « J'y ai découvert des gens bienveillants et travaillants. Il y en a qui avait tellement le souci de parfaire leurs connaissances et acquérir de l'expérience qu'ils travaillaient de façon bénévole dans des hôpitaux. Nous sommes très heureux de les accueillir au sein de notre groupe », conclut Érik Roby.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média