Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

10 mars 2021

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Une salle de pause avec un dépôt de jaquettes souillées soulève la grogne des employés du CLSC de Sainte-Anne-des-Monts

CISSS-GASPÉSIE

Salle de pause

©Photo Gracieuseté

Le bacs à jaquettes souillées est judicieusement placé tout prêt du réfrigérateur destiné au personnel.

Elle est où la salle de pause? Voilà la question que se posaient les travailleurs et travailleuses du CLSC de Sainte-Anne-des-Monts à leur arrivée au travail lundi dernier.

En fait, elle a été transformée en salle d'archives sans préavis de la part de l'employeur. Les travailleurs du CLSC doivent donc utiliser une autre salle de pause située entre le Bureau de médecine familiale et le CLSC. Le problème est que cet endroit sert aussi de dépôt à jaquettes de contagion souillées, ce qui n'a rien pour éveiller l'appétit des travailleurs. « Il ne faut pas non plus minimiser le risque de contagion à la Covid-19 en raison du va-et-vient d'employés de différents départements dont des intervenants qui se  rendent à domicile. On nous retire aujourd'hui ce qui était le minimum de décence », déplore l'éducatrice spécialisée en santé mentale, Lynn Beaulieu.

Ce nouvel épisode de la salle de pause fait suite à plusieurs changements observés au fil des ans. « La salle de pause normale a déménagée plusieurs fois en évoluant d'une salle avec places assises, évier et utilités nécessaires, vers un placard de rangement de jouets sans place assise où il y avait juste une étagère pour deux mini frigos, un micro-ondes, une bouilloire et une cafetière », ajoute Lynn Beaulieu.

L'élimination de la salle de pause au profit d'une salle d'archives n'a rien pour donner le sourire à des travailleurs et travailleuses qui interviennent auprès d'une clientèle aux prises avec des problématiques sociales ou de santé mentale. « C'est un manque de considération et de respect pour les employés du CLSC. C'est une pression inutile sur l'organisation du travail et ses "anges-gardiennes". On s'éloigne du programme de mieux être des employés, implanté par le ministère de la Santé et des services sociaux. Ça ne doit pas passer sous silence », martèle Lynn Beaulieu.

Les employés du CLSC souhaitent donc ravoir une salle de pause fonctionnelle avec les utilités nécessaires dans leur propre secteur… sans les bacs à jaquettes souillées.

Salle de pause

©Photo Gracieuseté

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média