Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

08 mars 2021

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Mesures sanitaires en région: plaidoyer pour des assouplissements plus importants

COVID-19

Affichage Covid

©Photo gracieuseté - L'Avantage Gaspésien

20 000 personnes ont marché à Québec pour exiger un retour des sports organisés partout en province.

À l'instar des 20 000 personnes qui ont manifesté pour le retour du sport organisé au Québec, de plus en plus de voix s'élèvent pour demander des assouplissements importants aux règles sanitaires actuelles.

La députée de Gaspé, Méganne Perry Mélançon était d'ailleurs de la manifestation pour appuyer les revendications des jeunes pour un retour des sports organisés.  « Il faut que nos jeunes recommencent à bouger et à retrouver leurs passions. Ça fait maintenant plusieurs mois que nous adressons des demandes en ce sens au gouvernement. En Gaspésie, nous avons un peu de sport à l'automne dernier et il n'y a pas eu d'éclosions parce que les protocoles de sécurité étaient rigoureux. »

Pour sa part, le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, estime que le bilan est favorable à des assouplissements plus importants. « Après discussion avec le directeur régional de la Santé publique, Dr Yv Bonnier-Viger, nous étions tous d'accord, les autres préfets et moi-même, que la Gaspésie a tous les éléments pour au moins retourner au pallier jaune. Nous travaillons toujours sur ce scénario. »

Le préfet estime que les Gaspésiens ont largement fait leur part. « Nous avons assez donné. Nous sommes tous passés au rouge en même temps que tout le monde mais il serait temps d'avoir un retour d'ascenseur. Il est temps que le gouvernement prenne une décision juste et équitable puisque nos statistiques démontrent que notre bilan des derniers mois est favorable. »

Finalement, Allen Cormier dit être interpellé par les citoyens pour que la vaccination s'accélère dans la région. Selon lui, plus les gens seront vaccinés rapidement, plus la vie redeviendra normale. Toutefois, il salue les actions du gouvernement qui a notamment permis la reprise des activités parascolaires et augmenté la capacité d'accueil des lieux de culte pour permettre la tenue de certains rites religieux comme les funérailles.

Fin de la crise sanitaire

Par ailleurs, d'autres voix s'élèvent aussi contre les mesures sanitaires et demandent même la fin de l'urgence sanitaire. C'est le cas du candidat à la chefferie du Parti conservateur du Québec et ex-animateur radio, Éric Duhaime. « Je ne crois pas aux théories du complot mais je suis sceptique quant aux décisions prises depuis le début de la pandémie. Nous sommes parmi les endroits où les mesures sont les plus coercitives et abusives. Malgré ces mesures, on constate que nous avons le pire bilan au pays. »

Éric Duhaime croit qu'il était tout à fait normal d'être prudent en début de pandémie mais que ce temps est révolu. « Le gouvernement aurait dû apprendre de ses erreurs. Si l'extrémisme sanitaire fonctionnait, on le saurait rendu à ce point-ci.  Lorsqu'on regarde où les gens décèdent, ce n'est pas dans les gyms, dans les restaurants ou les sports d'équipes de jeunes. C'est plutôt dans des endroits régis par l'État comme les CHSLD. Il serait donc honnête d'arrêter de blâmer les Québécois pour l'échec du gouvernement à protéger les plus vulnérables. »

Ce dernier a d'ailleurs une pensée pour des régions comme le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie. « Lorsqu'est venu le temps de mettre des mesures extrêmes mur-à-mur, tout le monde y a goûté même si le portrait épidémiologique était très différent. J'aimerais qu'on m'explique pourquoi on ne pouvait pas régionaliser les mesures à ce moment-là alors que pour la vaccination, le gouvernement n'a aucun problème à prioriser Montréal. »

Selon Éric Duhaime, l'approche aurait dû être plus ciblée pour protéger les aînés et les plus vulnérables plutôt que d'appliquer les mêmes mesures sanitaires d'un bout à l'autre de la province. « Quel est le message qu'on essaie de nous envoyer? Après un an, le gouvernement s'entête à maintenir des mesures abusives alors qu'on voit de plus en plus d'états se déconfiner. Il faut réaliser que nous sommes dans un état démocratique et que le respect de nos droits et libertés, c'est fondamental. »

Manif Québec

©Photo Gracieuseté

20 000 personnes ont marché à Québec pour exiger un retour des sports organisés partout en province.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média