Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

25 février 2021

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Six idées d'infrastructures nourricières pour le LAB Nourrir notre monde en Haute-Gaspésie

AUTONOMIE ALIMENTAIRE

Nourrir notre monde

©Photo Gracieuseté

Les citoyens étaient appelés à voter pour leurs idées préférées en vue de créer des infrastructures nourricières en Haute-Gaspésie.

Les consultations citoyennes étant complétées, le LAB Nourrir notre monde a dévoilé les six infrastructures suggérées qui ont rallié le plus grand nombre de personnes au sein de la population haute-gaspésienne.

Les consultations ont permis de recueillir pas moins de 275 suggestions. L'idée derrière le LAB Nourrir notre monde est d'impliquer le citoyen dans l'élaboration et la réalisation d'infrastructures nourricières dans un objectif d'autonomie alimentaire. Les idées les plus populaires ont été approuvées par au moins 90 personnes. Il s'agit de la pépinière – salle à semis, du bio digesteur à compost, d'un poulailler communautaire, d'un caveau à chambre froide pour la conservation des légumes et la serre à production solaire passive. Dans le cas de cette dernière infrastructure, il s'agit d'une technologie innovante où l'énergie solaire est la source unique de chaleur. « On cherche ainsi à implanter une expertise nouvelle sur le territoire en utilisant une méthode peu répandue au Québec », précise Roxane L'Allier du LAB Nourrir notre monde.

Au-delà de ces infrastructures proposées par le LAB Nourrir notre monde, les citoyens étaient aussi invités à proposer des idées de leur cru. C'est ainsi qu'on a eu droit à une panoplie de suggestions passant des jardins communautaires à un composteur à viande, passant par une ruche communautaire, une conserverie mobile et même des chaloupes collectives pour les pêcheurs en herbe.

La prochaine étape sera d'aller dans les différentes municipalités afin de présenter les résultats spécifiques des consultations selon l'intérêt démontré. Ainsi, chaque localité aura une présentation axée sur les suggestions de leurs citoyens. « Ce sera également l'occasion de s'informer sur les ressources humaines et matérielles déjà en place pour faciliter la concrétisation de certains projets », ajoute Roxane L'Allier.

Publicité

Défiler pour continuer

Par la suite, les projets retenus seront choisis par les citoyens. À travers un comité formé et le support du LAB, l'idée est d'identifier les gens qui voudront s'impliquer à long terme, identifier les endroits envisagés pour l'implantation de l'infrastructure, les budgets nécessaires, les règlements municipaux, etc.

Quant au budget disponible, une somme de 300 000 $ est actuellement disponible. « Il faut comprendre qu'on ne fera pas du mur-à-mur en allouant les mêmes sommes aux projets. Tout dépendra des besoins. On espère ainsi que des infrastructures se concrétisent dès la première année et on se garde également des sommes pour la deuxième année du projet. », explique Marie-Eve Paquette du LAB Nourrir notre monde.

Les gens intéressés peuvent se tenir au courant de la suite des choses en suivant la page Facebook « Nourrir notre monde ».

 

Quel a été votre degré d'intérêt pour la campagne électorale fédérale?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média