Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

11 janvier 2021

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Protection du caribou gaspésien: Uni-Vert Matane estime qu'il y a urgence d'agir

RÉSERVE FAUNIQUE DES CHIC-CHOCS

Caribou

©Photo Gracieuseté - Denis Desjardins – SÉPAQ

Le caribou gaspésien pourrait s'éteindre au cours des prochaines années si des actions immédiates ne sont pas prises estime Uni-Vert Matane.

Le groupe environnemental Uni-Vert Matane croit que le gouvernement doit agir dès maintenant pour assurer la survie et la pérennité du caribou gaspésien.

D'entrée de jeu, Uni-Vert avance l'idée de réaliser un projet d'enclos qui pourrait accueillir les femelles en gestation à l'abri des prédateurs. « Le dernier rapport du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) indique qu'il resterait moins de 50 caribous en ce moment. Les coyotes qui ne sont pas assez contrôlés risquent d'accentuer fortement le déclin du renouvellement naturel de la population. On doit procéder rapidement à la mise en place d'un enclos si on ne veut pas entrer dans le scénario d'une chronique d'une mort annoncée », affirme Guy Ahier.

D'ailleurs, en décembre dernier, le MFFP demandait aux amateurs de plein-air d'éviter certains secteurs particuliers, tel le mont Blanche-Lamontagne dans la Réserve faunique des Chic-Chocs puisque l'activité humaine pouvait déranger l'espèce qui doit déjà puiser davantage dans ses réserves d'énergie en saison hivernale. Le Ministère précisait que les caribous dérangés par la présence d'humains ou d'animaux domestiques en liberté pourraient mettre leur survie en péril en se déplaçant dans des zones qui leur sont moins favorables.

Le groupe Uni-Vert estime toutefois que les mesures prises actuellement sont insuffisantes, Selon l'organisme, le contrôle des prédateurs doit être accru et les zones exploitables par l'industrie forestière dot être réduite. Conséquemment, on recommande aussi d'arrêter le développement de routes forestières et plutôt opter pour la reforestation afin d'éviter des passages trop ouverts pour les prédateurs. Par ailleurs, Uni-Vert Matane propose aussi de trouver des solutions pour permettre la connectivité entre les caribous qui sont séparés par la route 299.

Le constat est donc clair pour l'organisme environnemental. Il faut davantage de mesures de contrôle des prédateurs, des activités sylvicoles dans des zones sous-exploitées et non-fréquentées par les caribous comme le suggèrent les élus de la Haute-Gaspésie et la remise en état d'un environnement favorable au développement du caribou. « Si on ne fait rien de plus que présentement, nous avons de fortes possibilités que le caribou s'éteigne de notre vivant », conclut Guy Ahier.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média