Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

10 décembre 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Vote de non-confiance envers la mairesse de Cap-Chat Marie Gratton

POLITIQUE MUNICIPALE

Marie Gratton

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Le conseiller Simon Landry et la mairesse de Cap-Chat, Marie Gratton.

Quatre conseillers ont voté pour une motion de non-confiance envers la mairesse de Cap-Chat, Marie Gratton.

Lors d'une séance extraordinaire tenue ce jeudi à 16 h 30, il y avait deux points à l'ordre du jour dont l'un s'intitulait: Vote de non-confiance envers la mairesse. Appelés à voter sur cette motion, les conseillers Simon Landry, Richard Émond, Louis-Seize Sergerie et Rénald Roy ont voté en faveur de la motion alors que les conseillers Jean-Marc Lemieux et Jacinthe Côté ont voté contre.

Initié par le conseiller Simon Landry, ce vote est motivé par plusieurs facteurs évoqués dans le document remis aux membres du conseil. On reproche à la mairesse Gratton de ne pas entretenir de bonnes relations avec les autres municipalités du territoire. On donne en exemple la gestion collaborative de l'écocentre et la formation des pompiers par Éric Savard qui, selon certains conseillers, est un dossier à coût nul pour la municipalité puisqu'elle n'aurait comme simple mandat de facturer les autres municipalités.

On prétend également qu'elle manque d'écoute avec des citoyens et des organismes et qu'elle entretient des relations conflictuelles avec des membres du conseil ainsi que le service incendie. Le document fait aussi mention d'un manque de transparence et de consultation, notamment quant à l'élaboration du budget et les investissements à y inclure.

Finalement, le conseiller Simon Landry estime qu'il était mal avisé de la mairesse de commenter à la radio le procès de l'enrochement illégal de la rivière Cap-Chat. « Elle parle publiquement d'un héritage laissé par le conseil précédent dont trois conseillers actuels faisaient partie. Elle parle comme si le procès était perdu d'avance. Dire en ondes que c’est l’héritage du conseil précédent sans le défendre d’avoir agi dans le but de protéger nos installations de prise d’eau m’apparaît comme un grand manque de leadership. »

Cette sortie publique de Marie Gratton est la goutte qui a fait déborder le vase pour Simon Landry qui doit témoigner à ce même procès. « Ce seul fait est inacceptable et vient nuire gravement au bon déroulement du procès en plus de miner la crédibilité de mon témoignage. »

Ce vote de non-confiance survient alors que des élections se dessinent dans moins d'un an dans les municipalités du Québec. Questionné à savoir s'il y avait un agenda politique derrière cette démarche, Simon Landry a répondu qu'il n'avait aucune intention de se présenter à la mairie aux prochaines élections.

À la suite de ce vote de non-confiance, le conseiller Richard Émond a demandé la démission de la mairesse Marie Gratton. Cette dernière a pris acte de ce qui venait de se produire et la réunion a pris fin.

Ce que dit Marie Gratton

Appelée à réagir aux différents reproches qui lui ont été adressés, Marie Gratton affirme qu'elle a toujours agi dans le meilleur intérêt de la population. « Lors de la campagne électorale de 2017, j'avais comme objectif de tourner Cap-Chat vers l'avenir en ouvrant les canaux de communications avec la population et en travaillant avec tous les élus en place. Je désirais voir notre municipalité prendre sa place, se développer et être encore plus accueillante pour les jeunes familles. Or, à notre entrée en poste en novembre 2017, les coffres de la ville étaient vides. Nous avons hérité du dossier de l'enrochement illégal sur la rivière Cap-Chat qui continue de coûter cher à la ville et aux contribuables. Ce dossier continue de gruger nos énergies et les finances de la ville. »

Marie Gratton rappelle aussi que le dossier de l'assainissement des eaux est aussi fort prenant et qu'un important travail de restructuration et de remise à l'ordre de plusieurs dossiers et des finances publiques ont marqué les premières années de son mandat. « Nous avons aussi conclu une convention collection avec les employés de la ville et nous avons tout fait pour limiter le fardeau fiscal des contribuables. On nous reproche l'augmentation de janvier 2018 en raison du rôle triennal d'évaluation foncière mais cela est dû à la nouvelle évaluation qui fait que les maisons se vendent dorénavant à meilleur prix pour leurs propriétaires. La Ville a fait ce qu'elle a pu en n'augmentant pas le taux de taxation foncière. »

Pour Marie Gratton, elle estime qu'il est injustifié de l'accuser de ne pas travailler en équipe alors que des dossiers majeurs comme le procès de l'enrochement de la rivière continue de monopoliser des ressources humaines et financières. Elle mentionne au passage que plusieurs projets ont quand même pu se réaliser. « Je pense au marché public de Cap-Chat, à la journée environnementale "Cap vert l'avenir" et au programme hors foyer d'unités de recyclage et d'ordures. Nous avons aussi mis en place les rencontre "On jase-tu", accueilli la marche Pierre Lavoie en plus d'établir une collaboration avec les organismes du milieu. »

Quant à savoir si elle entendait remettre sa démission à la suite du vote de non-confiance, la mairesse de Cap-Chat a dit que le vrai vote de confiance se ferait aux prochaines élections. Elle a aussi réitéré qu'elle estime avoir fait preuve de transparence et de rigueur dans son rôle de mairesse. « Je crois avoir tout fait en mon pouvoir pour que Cap-Chat se tourne vers l'avenir et reprenne ses lettres de noblesse. »

Pour ce qui est de la valeur d'un tel vote, le ministère des Affaires municipales indique qu'il est plutôt symbolique et qu'il n'entraîne aucune conséquence directe sur la gouvernance de la municipalité. La mairesse peut donc continuer de siéger.

Si des conseillers souhaitent amener la démarche plus loin, une plainte formelle doit être logée à la Commission municipale et un juge statuerait alors s'il y a eu manquement au code d'éthique.

Commentaires

10 décembre 2020

Jean-Guy St-Pierre

Pas de conséquence directe vous dites… Le fait que quatre conseillers mettent en évidence des manquements importants aux procédures et à l’information, le fait qu’ils déplorent la façon assez dominante avec laquelle Mme la mairesse impose ses vues, ces faits devraient entrainer sa démission afin qu’une autre personne avec un tempérament beaucoup plus diplomate essaie de rétablir une atmosphère stimulante de travail à la Ville de Cap-Chat. De toute façon aux vues des réalisations qu’elle a mentionnées, que va-t-il nous manquer?

11 décembre 2020

Nicole mercier

En ce qui me concerne je ne crois pas que ces personnes qui ont voter cette Motion de non confiance auraient fait mieux que mme Gratton

12 décembre 2020

Rosaire Chrétien

Enfin, le chat est sorti du sac. Bravo aux conseillers qui ont osé dénoncer l'attitude et l'inertie de la mairesse. Madame invoque son travail auprès du marché public de Cap-Chat, la journée environnementale «Cap vert l'avenir» et au programme hors foyer d'unités de recyclage et d'ordures. Est-ce vraiment à la mairesse de s'occuper de ces dossiers là....Non...! Son vrai rôle est de voir à bien administrer la ville premièrement et deuxièmement voir à l'économie de sa municipalité. Nous n'avons plus d'épicerie ni de casse-croûte et les routes sont en piètre état. Nous avons eu deux femmes à la tête de la municipalité et je peux vous dire que madame Pelletier en a fait pas mal plus que madame Gratton. Est-ce qui en a qui ont oublié: l'arrivée de la pharmacie, l'aqueduc jusqu'à Pointe-au-Goémon et dans la rue des Fonds, la nouvelle Halte routière sans aucun sous de la ville (subvention de Matthias Rioux), le nouvel Hôtel de ville et j'en passe. Ça c'est de la réalisation Madame...! Il aurait avantageux pour la municipalité et ses citoyens que Madame travaille à trouver un éventuelle investisseur pour nous donner un épicerie. Si on y regarde attentivement, nous sommes loin des années 60. Nous perdons des plumes à tous les jours et en plus, nous devons vous donner 40% additionnel sur votre salaire Madame. C'est honteux...! Messiers les conseillers, je vous souhaite la meilleure des chances pour terminer votre mandat et encore une fois, je vous félicite pour votre courage et de vous tenir debout ensemble.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média