Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

13 novembre 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Le Centre Louise-Amélie fête ses 35 ans

ORGANISME COMMUNAUTAIRE

CLA

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Le Centre Louise-Amélie accueille les femmes victimes de violence conjugale depuis maintenant 35 ans.

2020 marque le 35e anniversaire de l'incorporation du Centre Louise-Amélie qui vient en aide aux femmes victimes de violence conjugale ainsi que leurs enfants.

Bien de l'eau a coulé sous les ponts depuis l'ouverture du centre il y a 35 ans. Au fil du temps, des initiatives ont été mises en place pour bonifier les services rendus et augmenter la capacité d'accueil. Il y a quelques années, le Centre Louise-Amélie prenait de l'expansion avec l'ajout de chambres, un projet estimé à 400 000 $. Cet agrandissement était devenu nécessaire en raison de l'occupation qui était régulièrement au-delà de 100 %.

L'équipe du Centre Louise-Amélie dirigée par Monic Caron n'a jamais lésiné sur les moyens pour offrir davantage de services aux femmes hébergées. On peut notamment penser au service de gardiennage externe pour animaux qui apporte une paix d'esprit aux résidents passagères du centre. L'activité de financement Pitou et vous a d'ailleurs été créée pour subventionner ce service.

On peut également penser à la trilogie des films d'André Melançon qui traitent tous un aspect différent de la violence conjugale, soit Traverser la peur, La cicatrice et La construction du personnage. D'ailleurs, pour l'ultime film de cette trilogie, le comédien principal Gabriel Sabourin était venu à Sainte-Anne-des-Monts pour échanger avec le public.

Le Centre Louise-Amélie et son équipe, c'est également des échanges avec des pays européens sur les meilleures méthodes, l'accueil de stagiaires, la confection d'outils de sensibilisation, de la représentation politique au cœur de l'Alliance gaspésienne et même des collaborations sporadiques avec L'Accord Mauricie qui vient en aide aux hommes violents.

Quant au grand public, il connait surtout les différentes activités de financement qui se tiennent annuellement à commencer par l'incontournable Show de femmes qui met en scène des intervenantes, des femmes violentées et des citoyennes engagées. Le temps d'une soirée, elles étalent leurs tripes sur scène pour la cause. Le Centre Louise-Amélie, c'est aussi le grand bazar annuel, le souper vins, fromages et charcuterie et d'autres activités comme le Roule-don.

Plus récemment, la Fondation Louise-Amélie a ouvert une comptoir économique baptisé 100-FLA-FLA. Le commerce remplit plusieurs missions, soit de financer le Centre, d'offrir des articles de la vie quotidienne à prix modique et de permettre aussi à des artisans locaux de créer des produits exclusifs.

Concours, quiz et Boucar

Pour souligner les 35 ans du Centre Louise-Amélie, l'équipe y est allée d'une formule adaptée à la réalité sanitaire actuelle. Ainsi, les activités proposées se réaliseront dans le confort des salons gaspésiens à commencer par un vidéo de l'humoriste rimouskois d'adoption, Boucar Diouf qui est déjà accessible sur Facebook. Le public est aussi invité à enregistrer ou écrire quelques mots pour souligner le 35e anniversaire, utilisant le mot-clic #bon35anscla.

Par ailleurs, un tirage avec 350 $ de chèques-cadeaux à gagner chez des commerçants locaux se fera parmi les personnes ayant obtenues le meilleur résultat à un quiz de 20 questions sur l'histoire et les services du Centre Louise-Amélie. Celui-ci sera lancé sur Facebook le 24 novembre prochain. Les gens auront jusqu'au 8 décembre pour participer. Le ou la gagnante sera dévoilé le 9 décembre en direct sur les réseaux sociaux.

Un peu d'histoire

Louise Amélie était une sœur de Saint-Paul de Chartres qui est venue implanter la communauté religieuse à Sainte-Anne-des-Monts en 1930. Ce sont ces mêmes sœurs qui ont instauré ce qui allait devenir le Centre Louise-Amélie, la principale ressource pour femmes victimes de violence en Haute-Gaspésie.

L’initiative est venue de la part de sœur Noëlla Thériault qui, peu à peu, a senti un besoin naître dans la région au fur et à mesure que des femmes se rendaient au presbytère pour demander de l’aide. Les sœurs de Saint-Paul-de-Chartres ont assuré le service jusqu’à ce le Centre Louise-Amélie adopte officiellement ce nom en 1985.

Monic Caron

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

La directrice du Centre Louise-Amélie, Monic Caron.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média