Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

12 octobre 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Les élus de La Matanie et de la Haute-Gaspésie ne veulent pas de zone rouge mur à mur

COVID-19

Zone rouge

©Photo Capture d'écran

Le Bas-Saint-Laurent et une partie de la Gaspésie sont toujours en zone orange.

Les élus de La Matanie et de la Haute-Gaspésie rejettent l'idée de certaines directions régionales de santé publique d'étendre la zone rouge partout en province alors que leurs MRC ont été relativement épargnés depuis le début de la pandémie.

En Haute-Gaspésie comme en Matanie, on ne compte que 10 cas par MRC depuis le tout début de la pandémie. Cette situation enviable fait en sorte que les activités économiques et sociales ont pu se poursuivre sans subir les contraintes sévères liées à la zone rouge. Étant en zone orange, il reste encore un peu de vie possible sur le territoire.

Les élus de la Haute-Gaspésie estiment qu'il serait injuste de faire basculer la région au complet en rouge alors que les cas sont concentrés du côté sud. « Il y a des fermetures de commerces et d'activités sportives ainsi que des impacts sur la fréquentation scolaire au secondaire reliés au code rouge. Je pense à la santé mentale de nos enfants, des nos aînés ainsi qu'à nos travailleurs qui pourraient se retrouver à nouveau sans emploi », explique le maire de Sainte-Anne-des-Monts, Simon Deschênes.

Selon ce dernier, il serait injuste de pénaliser une MRC qui a été épargnée jusqu'à maintenant. « Si nous avons si peu de cas, c'est que les citoyens suivent les règles et les commerçants aussi. Nos gens ont pris de bonnes habitudes. Actuellement, nous avons les caractéristiques d'une zone verte alors je persiste à croire qu'on devrait être épargné du code rouge. »

Pour le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, il est clair que le nombre de cas à présent ne justifie pas une augmentation des mesures. « Il y a une bonne adhésion citoyenne aux règles en place et les gens respectent les consignes. C'est important que la Haute-Gaspésie conserve son code de couleur parce que les effets seraient très néfastes si on basculait au rouge. Je pense à l'économie, à la santé mentale et au tourisme. Ceci dit, la région demeure sur le qui-vive. »

Même son de cloche en Matanie alors que les élus ont demandé au CISSS Bas-Saint-Laurent d'éviter des mesures mur à mur. « Sachant que la situation peut évoluer rapidement et de façon très variable d’une région et d’une MRC à l’autre, nous souhaitons une distinction des niveaux d’alertes selon les caractéristiques de chacune des MRC », précise le maire de Matane, Jérôme Landry.

Le préfet de La Matanie, Andrew Turcotte est du même avis. « Nous avons très peu de cas et aucun foyer d’éclosion. Je trouverais malheureux de faire payer tous les citoyens de La Matanie pour les régions plus touchées. De plus, nos entreprises sont demeurées fragiles à la suite du déconfinement. Une deuxième fermeture pourrait leur être fatale. »

Ces sorties médiatiques font suite aux échos de couloirs qui laissent entendre que l'ensemble de la province pourrait passer à la zone rouge dès mardi, tel que souhaité par certaines directions régionales de santé publique. Les arguments avancés sont à l'effet qu'il serait plus sécuritaire d'agir de manière préventive que réactive.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média