Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

03 octobre 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Incursion dans l'ancien studio du photographe matanais Victor Sirois

HISTOIRE

Studio Victor Sirois

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Tel une caverne d'Ali Baba, le studio de Victor Sirois regorge de petits trésors d'époque.

Un pas à l'intérieur de l'ancien studio de photographie de Victor Sirois suffit pour remonter le temps et sentir le parfum d'une époque que son nouveau propriétaire entend bien conserver telle quelle.

Cette petite maison de la rue Saint-Georges où a habité Victor Sirois et son épouse semble être à première vue une maison comme toutes les autres mais l'intérieur regorge de souvenirs et de vestiges qui ont été jalousement conservés au fil du temps. En fait, le studio de la rue Saint-Georges est le troisième et ultime endroit où Victor Sirois a tenu boutique après avoir eu pignon sur rue sur la rue Soucy puis sur la rue Saint-Pierre.

C'est maintenant l'animateur et l'ex-moustachu du mythique groupe d'humour RBO, Richard Z. Sirois qui y habite. Il fût le premier surpris de constater à quel point rien n'avait changé depuis le temps. « Tout est encore là. Chaque boîte que j'ouvre apporte son lot de surprises. Pratiquement tout a été conservé. Même le grenier où les enfants dormaient à l'époque a les mêmes couleurs et le même tapis qu'à l'époque. »

Le studio de Victor Sirois, devenu par la suite le studio Yvonne Sirois au décès de ce dernier, était disposé sur trois étages dans la partie nord de la maison alors que l'autre moitié servait de résidence pour les grands-parents de Richard Z. Sirois avant de passer aux mains de son père et sa tante puis éventuellement aux petits-enfants. C'est le désir de quitter la ville et revenir aux sources qui a motivé l'ex-RBO à déménager dans la maison familiale.

Conscient de la richesse historique des objets qui se trouvent dans sa nouvelle demeure, Richard Z. Sirois caresse le désir de reproduire le studio de son grand-père tel qu'il était à l'époque et de permettre aux passionnés d'histoire ou aux étudiants en photographie de le visiter, un peu comme une visite guidée d'un musée. « Je me laisse encore un an pour défaire les boîtes et aménager le tout. C'est un travail que je ne veux pas faire à la hâte puisqu'il y a tellement de belles découvertes dans chacune des boîtes. »

La valorisation du travail de Victor Sirois a déjà commencé avec des discussions avec la Ville de Matane pour la préservation des quelques 150 000 négatifs de photos d'époque. Le photographe Romain Pelletier a été élu comme l'homme de confiance par Yvonne Sirois pour faire un premier travail de tri qui a résulté en une exposition mise sur pied par la Ville en collaboration avec la Société d'histoire et de généalogie mettant en vedette une centaine de photos peut encore être admirée un peu partout dans la ville sur la Promenade des Capitaines, au Parc des Îles, au centre-ville de Matane et à la Résidence des Bâtisseurs.

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média