Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

16 septembre 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Pascal Bérubé à nouveau la cible de propos haineux et menaçants sur les réseaux sociaux

FAITS DIVERS

Pascal Bérubé

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Pascal Bérubé a été ciblé deux fois en quelques jours par des propos haineux ou menaçants.

Pour la deuxième fois en quelques jours, le chef par intérim du Parti québécois, Pascal Bérubé, a fait l'objet de propos menaçants sur les réseaux sociaux.

Devenus de véritables défouloirs depuis la pandémie, les réseaux sociaux sont régulièrement le théâtre de dérapages et commentaires haineux. Pascal Bérubé l'a appris à ses dépens deux fois plutôt qu'une alors que deux individus ont tenu des propos jugés menaçants par ce dernier, au point où il a porté plainte à la Sûreté du Québec.

La première fois, un individu utilisant le pseudonyme Lys Patriote avait suggéré que le chef du PQ et sa conjointe, Annie-Soleil Proteau ne pourraient plus marcher bientôt dans la rue. L'individu avait ajouté que Pascal Bérubé était un traitre à la nation vendu au mondialisme. Le chef péquiste avait alors signalé cet événement à la Sûreté du Québec. L'individu s'était alors excusé de ses propos, expliquant que son message ne se voulait pas une menace directe au politicien et à sa conjointe. Le chef péquiste avait alors dit qu'il n'irait pas plus loin dans ses démarches entreprises auprès des autorités.

Quelques jours plus tard, un autre message a attiré l'attention de Pascal Bérubé. Cette fois-ci, un dénommé Billy Gagné a traité le chef péquiste et le premier ministre François Legault de criminels de guerre qui méritent la peine de mort. « J'espère que justice sera rendu », ajoute-t-il à la fin de sa publication sur les réseaux sociaux.

Quelques jours auparavant, ce même Gagné avait défendu les propos de Lys Patriote en s'attaquant une première fois à Bérubé. « Moi à la place de Pascal Bérubé et sa conjointe je changerais de camp, d'un gouvernement corrompu à un peuple éveillé. Peut-être que Dieu vous pardonnera. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média