Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

14 septembre 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Chefferie du PQ: Sylvain Gaudreault fait campagne à Matane

COURSE À LA CHEFFERIE

Sylvain Gaudreault

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Sylvain Gaudreault a rencontré les militants à l'occasion d'un 5 à 7 qui s'est tenu à La Centrale Matanie.

Un des quatre candidats à la chefferie du Parti québécois, Sylvain Gaudreault, a effectué une tournée de l'Est-du-Québec pour y rencontrer les militants. Dimanche soir, le député de Jonquière s'est arrêté à Matane.

L'ex-enseignant au Cégep de Jonquière et député depuis 2007, Sylvain Gaudreault est le candidat à la chefferie possédant le plus d'expérience politique parmi les quatre prétendants au trône. C'est d'ailleurs un aspect de son bagage qu'il souhaite mettre de l'avant pour convaincre les militants de lui faire confiance. « Les membres du Parti québécois sont très sensibles à l'expérience et à la stabilité que je peux offrir. Dans les récentes courses à la chefferie, les gens étaient un peu à la recherche du sauveur. Aujourd'hui, je crois qu'on a besoin d'un militant et je me qualifie ainsi. Mon parcours politique n'est que le prolongement de mon engagement envers le PQ », ajoute-t-il.

Dans cette course, Sylvain Gaudreault affronte notamment Guy Nantel, un visage bien connu dans le milieu artistique québécois. « Ma notoriété est basée sur ma vie politique tandis que M. Nantel a une notoriété comme humoriste. J'ai fait mes preuves en politique et je sais où je m'en vais. Je suis quelqu'un qui amène des idées nouvelles. C'est moi qui a porté tous les engagements en matière d'environnement et de lutte aux changements climatiques. Comme ministre, j'ai déposé la première politique de mobilité durable et je voulais aussi dépolitiser le ministère des Transports. »

Vision et actions cohérentes

Conscient que le Parti québécois doit remonter une côte assez abrupte afin de retrouver son chemin dans le cœur des Québécois, le candidat est d'avis que les actions de sa formation politique doivent être cohérentes et que la vision doit être claire. C'est pourquoi sa campagne tourne autour de trois axes, soit l'indépendance, la lutte contre les inégalités sociales et l'environnement. « On va travailler très sérieusement sur un plan pour répondre aux questions des citoyens sur l'indépendance en misant sur neuf chantiers dont la continuité des lois fédérales dans un Québec souverain, les relations internationales et avec les autochtones, la monnaie, etc. »

Quant à la lutte aux inégalités sociales, Sylvain Gaudreault veut faire de l'éducation, un cheval de bataille. Ce dernier estime qu'il existe actuellement un système d'éducation à trois vitesses qui doit être corrigé, particulièrement lorsqu'on parle d'écoles subventionnées qui sélectionnent leurs élèves. Finalement, en matière d'environnement, il veut arrimer sa vision avec le projet d'indépendance afin que le Québec devienne un pays exemplaire sur le plan international en ce qui a trait à la lutte aux changements climatiques.

Développement régional

Pour soutenir l'économie locale, Sylvain Gaudreault entend déposer un plan de décentralisation où les régions redeviendraient maîtres de leur développement. Il s'agirait donc de recréer des instances de concertation régionale et de donner des fonds pour le prédémarrage d'entreprises. « Il y a un manque pour les entrepreneurs qui ont une idée et qui veulent faire de la mise en marché. Il y a une portion au tout début du processus où les entrepreneurs ont très peu de soutien », souligne-t-il.

Le candidat veut également ramener un sous-ministre régional qui relèverait directement du cabinet du premier ministre. « Son mandat serait de s'assurer que les ministères se parlent et cessent d'agir en silo. Ils porteraient conjointement des projets pour éviter que les différentes règlementations freinent le développement. C'est très important en région. »

Finalement, pour favoriser l'implantation de jeunes familles dans les régions, Sylvain Gaudreault va dans le même sens que l'ex-député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, qui a toujours martelé qu'une région forte doit être en mesure de combler ses besoins de base, c'est-à-dire d'avoir des services. « La députée Méganne Perry Mélançon mentionnait justement qu'il manque actuellement 200 places en CPE, et ce, juste à Gaspé. On ne peut pas attirer des familles dans ces conditions. »

La course à la chefferie couronnera son vainqueur le 9 octobre prochain au terme du scrutin qui se tiendra les jours précédents. Rappelons que Sylvain Gaudreault affronte l'humoriste Guy Nantel, l'avocat Paul Saint-Pierre-Plamondon et l'historien Frédéric Bastien.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média