Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 septembre 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Manifestation à Matane pour exiger la fin de l'état d'urgence sanitaire

COVID-19

Manif Matane

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Les manifestants ont terminé leur marche au Parc des Îles où l'organisateur les a conviés à une autre manifestation la semaine prochaine.

Un peu plus de cinquante manifestants ont marché dans les rues de Matane pour exiger la fin de l'urgence sanitaire et les mesures de santé publique qui l'accompagnent.

Le message pour le gouvernement de François Legault était clair: la pandémie est terminée et il n'y a plus lieu de maintenir toutes les mesures sanitaires actuelles comme le port du masque, la distanciation sociale et autres contraintes de sécurité.

L'organisateur de la manifestation, Paul-André Morin, ne nie pas que la pandémie existe. Il croit d'ailleurs qu'il était normal d'avoir peur du virus au mois de mars. Il ajoute même que c'est à ce moment que le port du masque aurait dû être imposé. « Aujourd'hui, après un été où le nombre de cas a chuté dramatiquement, on nous rajoute d'autres conditions supplémentaires pour nous protéger, mais nous protéger de quoi? Pour nous, la pandémie est terminée. »

Les manifestants soulèvent aussi les effets psychologiques des contraintes sanitaires sur les individus à commencer par les enfants. « On veut redevenir des humains. Actuellement, c'est inhumain ce qu'on fait subir à nos enfants est inhumain. Ils sont en rang comme dans l'armée, ils ne jouent plus ensemble et ne socialisent plus. Ce n'est pas une vie pour un enfant », ajoute Paul-André Morin.

Publicité

Défiler pour continuer

Une autre manifestante présente qui souffre de problèmes respiratoires souligne que le port du masque n'aide en rien sa situation. Pour elle, les problèmes de santé sont exacerbés par le port du masque. Elle croit que le couvre-visage nuit davantage qu'il protège. Un autre manifestant rappelle que les problèmes de santé mentale et même les suicides ont augmenté depuis le début de la pandémie.

Les discours sont d'ailleurs très larges. Si certains manifestants s'en tiennent à la fin de l'état d'urgence sanitaire, quelques-uns vont plus loin en parlant de droits et libertés bafoués, de mesures de contrôle des individus et d'intérêts pécuniaires douteux.

Par contre, tous s'entendent qu'un retour à la normale est souhaité le plus rapidement possible. « On veut retourner au restaurant, sortir dans les bars et reprendre notre vie come avant. En ce moment, ce qu'on observe se rapproche un peu trop d'un état de dictature », conclut Paul-André Morin.

 

Paul-André Morin

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Paul-André Morin, organisateur de la manifestation pour la fin de l'état d'urgence sanitaire.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média