Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

21 juin 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Le jardin écocitoyen du Pavillon suscite l'engouement chez les Matanais

AUTONOMIE ALIMENTAIRE

Lopins verts

©Photo Gracieuseté

On retrouvera notamment des courges, des aubergines, des betteraves, de la laitue et des fraises dans la première mouture des Lopins verts.

L'organisme Citoyens(ne)s de La Matanie pour l'environnement a lancé un projet de jardin communautaire, baptisé Les lopins verts, qui a connu un succès instantané alors que les 26 bacs disponibles ont trouvé preneur en à peine 24 heures.

Lors de la Journée de la Terre, le comité de citoyens avait fait parvenir une lettre aux élus de La Matanie en demandant que la relance économique post-pandémie soit axée sur des actions durables en lien avec l'autonomie alimentaire. « Il y a déjà des initiatives intéressantes qui se font en Matanie notamment avec l'agriculture urbaine mais on jugeait qu'on devait en faire plus. Avec le spectre d'une pénurie alimentaire avec la fermeture des frontières, la réflexion sur une grande autonomie locale était davantage d'actualité », explique Catherine Berger, membre des Citoyen(ne)s de La Matanie pour l'environnement.

Des démarches ont donc été entreprises pour obtenir du financement et un lieu où réaliser ce jardin écocitoyen. La demande a trouvé écho au Fonds québécois d'initiatives sociales, au Cosmoss de La Matanie, chez Synergie Matane ainsi qu'à la Ville. C'est ainsi que le projet a pris forme sur le terrain du Pavillon de la Cité. On parle de 26 bacs de cèdre d'une dimension de 8 pieds par 4 pieds qui ont tous trouvé preneur dans les premières 24 heures du lancement du projet.

Pour réaliser ce projet, le comité citoyen a pu compter sur de nombreux bénévoles qui ont mis la main à la scie pour bâtir les bacs. Charles-Olivier et Mathilde Lévesque ont pris le leadership du projet autant pour la planification et l'organisation que pour la construction des bacs. D'ailleurs, Charles-Olivier étudiait les différents systèmes alimentaires aux États-Unis avant d'être rapatrié au Québec lors de déclenchement de la pandémie. Ce fût donc le moment idéal de passer de la théorie à la pratique.

Catherine Berger se réjouit de voir l'intérêt grandissant des gens pour les jardins communautaires. D'ailleurs, on peut s'attendre à voir une grande variété de fruits, légumes et fines herbes émerger des bacs au cours des prochaines semaines et prochains mois. « Il y a aussi un accompagnement qui est offert pour ceux qui en sont à leur premier jardin ou qui ont tout simplement des questions », précise Catherine Berger. Des ateliers et des conférences informatives se tiendront également au cours des prochaines semaines.

Pour le moment, le terrain du Pavillon de la Cité était idéal en raison de sa dimension, sa ventilation et l'alimentation en eau qui était disponible. L'emplacement demeure toutefois temporaire dépendant de ce qui adviendra du vétuste bâtiment.

 

Lopins

©Photo Gracieuseté

Des bénévoles à l'oeuvre au jardin Les lopins verts.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média