Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

03 juin 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Pascal Bérubé reproche à François Legault l'incohérence de ses décisions en lien avec la pandémie

POLITIQUE PROVINCIALE

Pascal Bérubé

©Photo Capture d'écran

Pascal Bérubé s'est fait accuser par François Legault de vouloir « tuer le tourisme » en région.

La période de questions du 2 juin dernier à l'Assemblée nationale du Québec a été le théâtre d'un échange musclé entre le premier ministre François Legault et le chef du Parti québécois, Pascal Bérubé au sujet des décisions prises pendant la pandémie.

Le chef du Parti québécois et député de Matane-Matapédia a rappelé au premier ministre que les prévisions de l'évolution de la courbe épidémiologique par l'Institut national de Santé publique du Québec (INSPQ) ne tenait pas compte des déplacements interrégionaux. « Or, le gouvernement prend à nouveau un pari risqué. Est-ce que le premier ministre peut admettre que la décision de retirer les contrôles routiers en région ne repose sur aucune modélisation scientifique? »

François Legault a répondu à son homologue qu'il fallait différencier la Direction nationale de la Santé publique des autres organismes indépendants comme l'INSPQ. Il a ensuite reproché au chef du PQ d'avoir milité pour le maintien des points de contrôle entre les différentes régions. « On a eu le OK de la Santé publique pour ouvrir les frontières entre les régions. Je sais que le chef du Parti québécois était contre le fait que les gens de Montréal puissent aller dans des auberges au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie. Il aurait voulu continuer de bloquer ces régions et tuer le tourisme dans ce coin-là. »

Piqué au vif par cette dernière phrase, Pascal Bérubé a rétorqué que les professionnels de la santé du Bas-Saint-Laurent s'étaient exprimés contre un retrait hâtif des points de contrôle. « Tuer le tourisme, c'est ça que je veux faire? Vraiment? Tous les médecins du Bas-Saint-Laurent ont dit que sa décision n'avait aucun sens. La prochaine fois, ils vont venir le dire au premier ministre avec moi. »

Le député de Matane-Matapédia estime qu'il est devenu pratiquement impossible de distinguer les décisions politiques de celles de la Santé publique. Ce dernier a aussi évoqué que les décisions prises par le gouvernement n'engagent pas seulement la Santé publique mais aussi les droits et libertés des citoyens ainsi que les fonds publics.

Une cacophonie s'est est suivie et a nécessité l'intervention du Président de l'Assemblée nationale, François Paradis qui a demandé à ce que les parlementaires reprennent un ton approprié en évitant d'utiliser des mots qui sont proscrits au salon bleu.

 

Pascal Bérubé VS François Legault

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média