Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

31 mai 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Une ex-citoyenne de Rivière-à-Claude vainc la Covid-19 à 107 ans

COVID-19

Diane Drapeau

©Photo Gracieuseté

Diane Drapeau se porte bien après avoir combattu le coronavirus dans un CHSLD de Montréal.

Un événement assez exceptionnel s'est produit au CHSLD Paul-Lizotte de Montréal alors que Diane Drapeau, une résidente de 107 ans, a contracté et vaincu la Covid-19.

Diane Drapeau est née à Rivière-à-Claude en 1913. Elle y a vécu les 18 premières années de sa vie avant de déménager pour la grande ville où elle a travaillé à la gare Windsor dans les années 1930. Elle est la dernière survivante d'une famille de 12 enfants. Plusieurs membres de sa famille habitent toujours à Rivière-à-Claude.

Diane Drapeau habite maintenant dans un CHSLD du nord de l'île de Montréal qui a eu son lot de cas de coronavirus. Selon les statistiques officielles de la Santé publique, l'établissement de soins de longue durée déplore 22 cas toujours actifs et 32 décès au total. La vénérable dame de 107 ans fait partie des statistiques de cas confirmés mais contrairement à d'autres, elle a réussi à vaincre le virus et se porte mieux aujourd'hui.

Tout a commencé il y a trois semaines lorsque la résidente a commencé à ressentir des symptômes de déshydratation et ne parvenait plus à manger par elle-même. On lui a alors administré le test pour la Covid-19 et le verdict est tombé. Diane Drapeau était atteinte du coronavirus. « Elle a reçu d'excellents soins. Elle avait un système pour s'hydrater et le personnel la surveillait étroitement. Heureusement, elle n'a pas eu besoin d'oxygène », explique sa fille Louise Bériault.

Toutefois, le moral était sérieusement affecté. Ayant subi une commotion cérébrale l'an dernier, Diane Drapeau a parfois des absences. « Elle pleurait constamment et ne comprenait pas pourquoi on ne la visitait plus. Avec l'aide des journalistes, j'ai réussi à avoir une permission spéciale pour aller lui rendre visite », poursuit Louise Bériault.

Équipée d'un masque, d'une visière et d'un revêtement protecteur, sa fille a finalement pu voir sa mère pendant deux heures. « Au début, elle ne me reconnaissait pas. J'ai donc brièvement enlevé mon masque pour qu'elle voit mon visage et elle m'a reconnu. Je lui ai alors expliqué que c'était comme la grippe espagnole. Étant née en 1913, elle a vu plusieurs membres de sa famille en être atteints » raconte-t-elle.

Chemin vers la guérison

Animée d'un profond désir de vivre, Diane Drapeau a recommencé à s'alimenter et les symptômes ont fini par disparaître. Elle a toutefois perdu beaucoup de poids pendant l'épisode. Tout récemment, celle qu'on a surnommé « la petite princesse » passait à nouveau des tests de dépistage et on confirmait qu'elle était officiellement guérie, défiant ainsi les statistiques.

Pour sa fille Louise, c'est cette résilience et sa joie de vivre qui l'ont aidé à passer à travers cette épreuve. « Elle s'est bien alimentée toute sa vie et a toujours été en forme. Lorsqu'elle a été déclarée guérie, elle nous a dit qu'elle était "bien trop jeune pour mourir" », conclut-elle.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média