Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 février 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Rencontre de travail encourageante pour l'avenir des Crustacés des Monts

ÉCONOMIE

Crustacés des Monts

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Crustacés des Monts sera vraisemblablement vendu, mais à qui?

Une rencontre au sommet s'est tenue entre le maire de Sainte-Anne-des-Monts, Simon Deschênes, le directeur général, Martin Richard, ainsi que les ministres Marie-Eve Proulx et André Lamontagne au sujet de l'avenir de l'usine Crustacés des Monts.

Cette rencontre demandée par le maire de la ville avait pour but de sensibiliser la ministre responsable de la région, Marie-Eve Proulx ainsi que le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne à l'importance de maintenir le permis d'exploitation à l'usine annemontoise. « Nous avons eu la chance d'avoir cette rencontre assez rapidement à la suite de notre intervention dans les médias. Je crois que ça témoigne du sérieux qu'ils portent sur ce dossier ainsi que sur la réalité socioéconomique de Sainte-Anne-des-Monts. Tous les arguments ont été donnés de notre côté et nous avons eu droit à une écoute attentive et une collaboration qui me laisse espérer une conclusion positive à ce dossier. »

À vendre depuis quelques temps, Crustacés des Monts fait actuellement l'objet de deux offres d'achat, soit l'une par un consortium de trois usines de transformation de l'Est-du-Québec dont l'objectif pourrait être la fermeture de l'usine dans un but de consolider les activités dans les autres usines actuellement en opération. De l'autre côté, Les Pêcheries Carol Desbois souhaiteraient plutôt conserver le permis d'exploitation et maintenir les emplois en place. « Mon rôle en tant que maire est de m'assurer que tout est fait pour que l'usine reprenne ses activités. C'est le but de mes interventions auprès du gouvernement. Les ministres m'ont d'ailleurs posé plusieurs questions sur l'investisseur potentiel. J'ai senti qu'il y avait une bonne ouverture de ce côté. »

Bien que la transaction relève du privé, le gouvernement du Québec possède tout de même une mainmise sur le permis d'exploitation. Reste maintenant à savoir comment se dérouleront les prochaines discussions et ce que pourront faire concrètement les ministres interpellés pour en arriver à un scénario gagnant pour toutes les parties impliquées. « C'est certain que les vendeurs sont appelés à s'assoir autour de la table pour discuter des avenues possibles. Je veux m'assurer que le gouvernement entérine une transaction où le permis resterait à Sainte-Anne-des-Monts. »

Une demande d'entrevue a aussi été placée auprès du bureau de la ministre, Marie-Eve Proulx.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média