Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 février 2020

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Matane et la Commission scolaire ont plusieurs mois pour s’entendre sur le pavillon Marie-Guyart

Où loger les organismes culturels de Matane ?

Marie-Guyart Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

L’entente entre la Ville de Matane et la Commission scolaire concernant la location d’une aile du pavillon Marie-Guyart pour y loger trois organismes doit prendre fin au mois de novembre.

À la suite de l’évacuation du Pavillon de la cité de Matane, ayant débuté en décembre 2014 après des exigences de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST), plusieurs organismes communautaires et culturels ont été relocalisés dans l’ancienne école Marie-Guyart. L’entente de location entre la Ville et la Commission scolaire arrive à échéance en 2020. Des négociations sont engagées.

Trois organismes sont localisés dans l’aile B du bâtiment : le cercle des fermières de Matane, l’école de musique et l’école de Ballet-Jazz, regroupant plusieurs centaines de personnes, sans compter les gymnastes du club Acromat, qui ont gagné le gymnase de l’établissement en 2019, alors que la polyvalente de Matane ne pouvait plus les accueillir et que les lieux n’étaient plus fréquentés par les jeunes de l’école Saint-Victor depuis l’inauguration de leur propre salle de sport.

Dans le cadre d’une entente avec la Ville de Matane, tous ces organismes font directement affaire avec la Municipalité pour louer leurs locaux, tandis que les élus négocient une entente de location avec la Commission scolaire, qui possède le bâtiment, où des cours pour adultes et des activités de gym cerveau se déroulent aussi régulièrement. Cette entente entre les deux parties arrive à échéance au mois de novembre 2020, tandis que le bail des organismes doit prendre fin plus tôt, à la fin du mois de juin.

« Nos élèves utilisent les infrastructures municipales dans le cadre d’activités sportives. Les élus veulent profiter de ce bâtiment excédentaire pour y loger des organismes. C'est du gagnant-gagnant » - Céline Lefrançois, présidente de la Commission scolaire des Monts-et-Marées

Les négociations ont débuté             

La Ville et la Commission scolaire, selon le maire de Matane, ont débuté leurs pourparlers dans le cadre de la renégociation de cette entente. « Nos élèves utilisent les infrastructures municipales pour des activités sportives. Les élus veulent profiter de ce bâtiment excédentaire pour y loger des organismes. C’est du gagnant-gagnant. Il n’est pas question pour nous de cesser la location de ces lieux. Nous ne prévoyons pas non plus d’arrêter d’y envoyer certains élèves du centre d’éducation des adultes », a déclaré la présidente de la Commission scolaire des Monts-et-Marées, Céline Lefrançois, en précisant que la durée de la nouvelle entente restait encore à négocier.

Afin de relever des défis liés à la vétusté de l’édifice, dont la construction remonte à 1957, selon le rôle d’évaluation foncière, Mme Lefrançois ajoute que des démarches pourraient être accomplies cette année pour tenter de trouver du financement, notamment pour mettre à jour la toiture et la fenestration.

Rappelons que les lieux avaient d’abord abrité le pensionnat Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus, où des ursulines ont enseigné aux garçons et aux filles pendant une dizaine d’années, avant que la Commission scolaire ne rachète le bâtiment en 1968, rebaptisé alors « Pavillon Marie-Guyart », du nom de cette ursuline mystique française du XVIIe siècle, missionnaire en Nouvelle-France, béatifiée en 1980 puis canonisée par le pape François en 2014. L’école avait fermé ses portes en 2011, en raison du manque d’élèves, les classes de secondaire 1 et 2 étant alors transférées à la polyvalente voisine, touchée aussi par une baisse démographique.

Métier à tisser fermières

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Le pavillon Marie-Guyart accueille l'école de musique, l'école de Ballet-Jazz et le cerle de fermières.

Des organismes en situation d’attente                

Pour les trois organismes logés dans l’ancienne école à la suite des problèmes de moisissures constatés au Pavillon de la cité, le souhait est plutôt clair : rester à l’édifice Marie-Guyart. Après avoir connu une expulsion en catastrophe des étages du Pavillon de la cité en décembre 2014, l’école de musique déclare se sentir bien dans ses locaux actuels, où les portes ouvertes officielles avaient eu lieu au printemps 2016, après avoir expérimenté des solutions de secours comme l’instauration de leçons à domicile et dans différentes écoles du territoire.

Même son de cloche du côté de l’école de Ballet-Jazz, qui apprécie les espaces occupés actuellement. Quant aux fermières du cercle de Matane, selon leur secrétaire Jocelyne Nadeau, elles sont enchantées par la luminosité des lieux. « La Ville n’est pas encore revenue vers nous pour le renouvellement du bail », a-t-elle déclaré. Alors que l’édifice Marie-Guyart a atteint ses 63 ans et que la Commission scolaire doit lutter pour trouver des subventions pour rénover les lieux, l’avenir à long terme pour ces trois organismes revêt toujours une forme d’incertitude, dans un contexte où la Ville est à cours de locaux disponibles pour pouvoir les loger.  

Pavillon de la Cité Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Le Pavillon de la Cité de Matane a commencé à vider les lieux en décembre 2014, en raison de moisissures.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média