Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

30 janvier 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Deux acheteurs potentiels pour l'usine Crustacés des Monts

USINE DE TRANSFORMATION DE CREVETTES

Crustacés des Monts

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Crustacés des Monts pourrait changer de propriétaire au cours des prochains mois.

Deux acheteurs potentiels sont actuellement sur les rangs dans l'espoir de mettre la main sur l'usine Crustacés des Monts.

D'un côté, un consortium formé de trois usines situées à Matane, Anse-au-Griffon et Rivière-au-Renard serait intéressée à acquérir Crustacés des Monts afin de consolider les activités de leurs propres usines et ainsi participer à un effort de rationalisation de la pêche aux crevettes en collaboration avec le ministère de l'Agriculture, des Pêches et de l'Alimentation. Ainsi l'usine de Sainte-Anne-des-Monts pourrait fermer ses portes et le permis d'exploitation serait retiré.

De plus, l'offre du consortium aurait été bonifié par le MAPAQ qui était prêt à avancer une somme d'argent afin de concrétiser la transaction. Cette information, non confirmée par le MAPAQ, est venue aux oreilles du maire de Sainte-Anne-des-Monts, Simon Deschênes en novembre dernier.

D'un autre côté, Les pêcheries Nicol Desbois sont également intéressées à acquérir l'usine Crustacés des Monts pour la relancer. « Nous avons fait une offre d'achat et nous attendons leur décision. Nous avons déjà nos produits donc l'intention est claire. Nous voulons ramener des emplois et faire rouler l'usine », explique le propriétaire, Nicol Desbois qui estime être en mesure d'opérer l'usine à raison de trois à quatre mois par année avec une cinquantaine d'employés.

Minuit moins une

@R:Devant ces deux scénarios, le maire annemontois est entré en contact avec le bureau du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, André Lamontagne afin de freiner la transaction. « J'ai rencontré le ministre ainsi que le sous-ministre et un de ses conseillers politiques. J'ai mis mes arguments de l'avant. Il faut considérer les intérêts économiques de Sainte-Anne-des-Monts. »

Pour ce dernier, l'offre de Nicol Desbois est d'autant plus intéressante puisqu'elle garantit que l'usine reprendra du service et maintiendra une cinquantaine d'emplois en place. « Je n'ai pas vu ça souvent, un investisseur privé prêt à allonger quelques millions à Sainte-Anne-des-Monts, sans aide gouvernementale. De surcroît, il possède déjà, à lui seul, une source d'approvisionnement qui avoisine les 4 millions de livres de crevettes. »

De l'autre côté, l'offre du consortium qui pourrait se solder par une fermeture permanente de l'usine ne séduit pas le maire Deschênes. « Je n'y vois pas de scénario gagnant-gagnant. Je comprends l'exercice de rationalisation mais s'il est pour se faire par le biais de l'usine de Sainte-Anne-des-Monts, je veux m'assurer qu'on y gagne quelque chose en retour. »

Dans une entrevue donnée à Radio-Canada, le ministre André Lamontagne a affirmé que tous les scénarios étaient à l'étude actuellement et que la réalité économique de Sainte-Anne-des-Monts allait être prise en considération.

Simon Deschênes

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Le maire de Sainte-Anne-des-Monts, Simon Deschênes.

« Je n'ai pas vu ça souvent, un investisseur privé prêt à allonger quelques millions à Sainte-Anne-des-Monts, sans aide gouvernementale. » -Simon Deschênes

L'Avantage gaspésien a aussi posé la question au MAPAQ qui a répondu par le biais de son porte-parole. « Il s‘agit d’une transaction d’affaires impliquant plusieurs intervenants privés. Nous pouvons toutefois indiquer que le MAPAQ accompagne le secteur de la crevette dans la réalisation de leurs projets structurants qui s’inscrivent dans une dynamique de développement régional en termes de création de richesses et de création d’emplois. »

Simon Deschênes interpelle donc la ministre responsable de la Gaspésie, Marie-Eve Proulx ainsi que le ministre André Lamontagne pour tenir une réunion de travail urgente afin de dénouer l'impasse. « Le consortium intéressé par l'usine s'est montré aussi sensible à la situation à Sainte-Anne-des-Monts. C'est pour ça qu'une autre vocation a été suggérée pour l'usine mais le problème est que ça prend un investisseur qui n'est pas là pour l'instant alors que nous en avons un qui est prêt à relancer les opérations pour la crevette dès la prochaine saison. »

Pour Simon Deschênes, il n'est pas question que Sainte-Anne-des-Monts fasse, à elle seule, les frais de la rationalisation des stocks de crevettes. « On parle de 150 emplois à Matane, 150 à l'Anse-au-Griffon et 250 à Rivière-au-Renard et il faudrait que ce soit nous, avec nos 50 emplois, qui devrions éponger cet effort de rationalisation? J'ai des forts doutes. »

Rappelons que Crustacés des Monts a cessé ses opérations depuis une tentative de relance en 2017. L'usine appartenant à la famille Langlois avait connu quelques problèmes dont une suspension temporaire de son certificat d'agrément ainsi que des changements à la direction de l'entreprise.

 

Commentaires

31 janvier 2020

Reginald Martin

Bravo mrs le maire on a vraiment besoin d’emplois

31 janvier 2020

Marcel Therrien

Ms Dechenes merci pour votre implication vous travailler fort

31 janvier 2020

Marcel Therrien

Ms Dechenes merci pour votre implication vous travailler fort

5 février 2020

Claire Lévesque

Et le gouvernement fédéral... qu'est-ce qu'il en dit, lui, M. Deschesne? Êtes-vous aller le consulter et lui avez-vous demandé déjà des SOUS au Ministère des "Pécheries" et Océans Canada et à la Reine d'Angleterre, qui contrôlent tous notre richesse pour les revendre ailleurs,.. pour que la municipalité de Ste-Anne-des-Monts puisse d'abord et avant tout garder ses richesses de ses fonds marins et pouvoir en profiter sans payer des amendes pour une truite de trop prise, qui a malheureusement mordue à l'hameçon. C'est comme si les plus petites municipalités de la région se développaient, tout à coup, plus que Ste-Anne-des-Monts, comme si, notre municipalité, se faisait damer le pion. Levez-vous de votre siège et cessez de dormir.

5 février 2020

Claire Lévesque

Ce n'est même pas encore suffisant votre intervention est faible. Vous ne semblez même pas comprendre, ni avoir compris ce que la Ville de Ste-Anne-des-Monts et le Parc de la Gaspésie représentent un haut niveau touristique international. Le Parc de la Gaspésie est ultra prisé par des touristes provenant de l'Europe, surtout, et même de l'Allemagne. Croyez-le ou non. Le Parc de la Gaspésie, à STE-ANNE-DES-MONTS et le Parc Forillon à Gaspé, contrôlés par le Fédéral, qui donne peu de budget pour donner des services, sauf à ceux qui sont dans leurs manches, pourraient faire de la Gaspésie une des régions les plus prisée mondialement. Tellement que les gens sont éblouis. Nous, on est habitué.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média